En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Dialogue avec Jane Birkin animé par Frédéric Bonnaud

A l'occasion de la rétrospective que la Cinémathèque française consacrait à Jane Birkin en janvier 2017, et à la suite de la projection du film "Je t'aime, moi non plus" de Serge Gainsbourg,
dialogue avec Jane Birkin animé par Frédéric Bonnaud

Apparition fugace dans le "Blow Up" d'Antonioni tourné en Angleterre, Jane Birkin entre dans le cinéma français à la toute fin des années 60. Son parcours mêle avec aisance comédies populaires et cinéma d'auteur. Égérie de Serge Gainsbourg, elle fut aussi la muse de Jacques Doillon et Jacques Rivette, mêlant humour et gravité dans ses plus beaux rôles.

« J'ai adoré ce film [Je t'aime moi non plus], je me suis jetée dedans à corps perdu et à âme perdue, comme Johnny dans le film. Je désirais le faire, et c'était écrit pour moi. Je savais que je le ferais bien parce que c'était une partie de moi qui n'avait jamais été montrée ; j'adorais ce petit personnage de Johnny Jane. Là je me suis donnée tellement que j'ai failli mourir. » (Jane Birkin)


Apparition fugace dans le Blow Up d'Antonioni tourné en Angleterre, Jane Birkin entre dans le cinéma français à la toute fin des années 60. Son parcours mêle avec aisance comédies populaires et cinéma d'auteur. Égérie de Serge Gainsbourg, elle fut aussi la muse de Jacques Doillon et Jacques Rivette, mêlant humour et gravité dans ses plus beaux rôles.

Frédéric Bonnaud est directeur général de la Cinémathèque française.