Film visible sur HENRI jusqu'au mardi 19 octobre
Dino Risi

1848

Dino Risi
Italie / 1948 / 11:50 / VO italienne avec sous-titres français en option
Avec Lucia Bosè.

Des militaires autrichiens assistent à la répétition générale d'un ballet à la Scala. Pendant ce temps, aux cris de « À feu, la ville ! », l'insurrection éclate dans les rues de Milan.

Film restauré par CIAN (Archivio nazionale cinema d'impresa, Ivrea). Remerciements à la Fondazione Centro sperimentale di cinematografia – Cineteca nazionale (Rome) et à Sergio Toffetti.


Le véritable chef-d'œuvre, parmi ces premières œuvres de Risi, est certainement 1848. Réalisé sur commande pour le centenaire de l'insurrection de Milan contre la domination autrichienne, le film s'ouvre sur un groupe de soldats qui assistent, apathiques, à la répétition générale d'un ballet à la Scala. Qui sait si Visconti s'en est souvenu pour l'ouverture de Senso à la Fenice de Venise – alors qu'il avait certainement en tête un petit film réalisé par Corrado D'Errico en 1941, La Compagnia della teppa, dans lequel un groupe d'insurgés utilise une première de Rossini à la Scala pour lancer des tracts contre l'occupation napoléonienne.

Risi sait concentrer dramatiquement en dix minutes l'un des épisodes fondateurs du Risorgimento italien : la ville, désertée, est secouée par le cri d'un Gavroche milanais qui exhorte au combat. C'est le début des « Cinq jours de Milan », l'insurrection qui a eu lieu entre le 18 et le 22 mars 1848. Risi met l'accent sur la participation chorale à la révolte : intellectuels, femmes, séminaristes, enfants et paysans. L'âpre conflit se termine par l'image d'un homme courant dans la cathédrale et agitant un drapeau italien à son sommet. Mais la véritable icône de l'insurrection – qui n'est pas sans rappeler l'icône pop du « joli Mai parisien », Caroline de Bendern drapeau à la main – est une séduisante vendeuse d'une pâtisserie milanaise découverte par Risi quelques années avant Antonioni : Lucia Bosè, qui entre en scène et dans le cinéma un fusil à la main, jeune révolutionnaire au visage inoubliable.

Sergio Toffetti