Film visible sur HENRI jusqu'au mardi 14 juin
Séances spéciales

Jonas tourne toujours

Pip Chodorov
France / 2002 / 10:24 / Sous-titres français et anglais
Avec Jonas Mekas.

Portrait de Jonas Mekas en forme de collage à l'occasion de sa rétrospective au festival Côté court à Pantin en 2002.

A portrait of Jonas Mekas in the form of a collage, on the occasion of his retrospective at the Côté court short film festival in Pantin in 2002.

Première diffusion en août 2002 dans l'émission TV Court-circuit #81. Remerciements à Pip Chodorov, filmeur des « péripéties », selon son expression.


« Je suis un exilé du monde ; pas seulement exilé de Lituanie, mais exilé de la terre entière. Donc la mélancolie, le romantisme, si c'est cela que les gens voient dans mes films, peuvent être une très grande part de ce que je suis. Mais je crois essayer juste d'être ici et maintenant. C'est la nature du cinéma et de la caméra : on ne peut filmer que ce qui est ici et maintenant. Mon pays est devenu la poésie, le cinéma, la culture. » (Jonas Mekas)

Jonas Mekas est né en 1922 dans le village agricole de Semeniškiai, en Lituanie. En 1944, lui et son frère Adolfas sont emmenés par les nazis dans un camp de travail forcé à Elmshorn, en Allemagne. Après la guerre, il étudie la philosophie à l'université de Mayence. Fin 1949, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés fait venir les deux frères à New York, où ils s'installent à Williamsburg, Brooklyn.

Deux mois après son arrivée, il emprunte de l'argent pour acheter sa première caméra Bolex et commence à enregistrer de brefs moments de sa vie. Il s'implique rapidement dans le mouvement cinématographique américain de l'avant-garde. En 1954, avec son frère, il crée le magazine Film Culture, qui devient rapidement la plus importante publication cinématographique des États-Unis. En 1958, il lance sa légendaire rubrique « Movie Journal » dans le Village Voice. En 1962, il fonde la Film-Makers' Cooperative et, en 1964, la Film-Makers' Cinematheque, qui est finalement devenue Anthology Film Archives, l'une des plus grandes et des plus importantes cinémathèques de films d'avant-garde au monde, avec une salle de projection.

Pendant tout ce temps, il continue à réaliser des films et à écrire des poèmes, publiant plus de vingt-cinq livres de prose et de poésie traduits dans plus d'une douzaine de langues. Sa poésie lituanienne fait désormais partie de la littérature classique du pays, et ses films se trouvent dans les plus grands musées du monde. On lui attribue en grande partie le développement des journaux filmés (diaries). Mekas est également actif en tant qu'universitaire, enseignant à la New School for Social Research, au Centre international de la photographie, à la Cooper Union, à l'université de New York et au MIT.

The Brig reçoit le Grand prix du festival du film de Venise en 1963. Parmi ses autres films connus figurent Walden (1969), Reminiscences of a Journey to Lithuania (1972), Lost Lost Lost (1975), Scenes from the Life of Andy Warhol (1990), Scenes from the Life of George Maciunas (1992), As I Was Moving Ahead I Saw Brief Glimpses of Beauty (2000), Letter from Greenpoint (2005), Sleepless Nights Stories (2011) et Out-takes From the Life of a Happy Man. En 2007, il achève une série de 365 courts métrages diffusés sur Internet – un film par jour – et contribue à partager de nouvelles œuvres via son site web.

À partir de 2000, Mekas étend son travail au domaine des installations cinématographiques, exposant à la Serpentine Gallery, au Centre Pompidou, au Musée d'art moderne de la Ville de Paris, au Moderna Museet (Stockholm), au PS1 Contemporary Art Center MoMA, à la Documenta de Kassel, au Museum Ludwig de Cologne, au State Hermitage Museum de Saint-Pétersbourg et à la Biennale de Venise.

Le 23 janvier 2019, Mekas meurt à l'âge de 96 ans à son domicile de Brooklyn.

Le mot du réalisateur

En 2001, Luc Lagier, le producteur de Court-circuit (le magazine), m'a proposé de faire un portrait de quelques minutes de l'Anthology Film Archives à New York, avec un entretien de son fondateur Jonas Mekas. Quelques mois plus tard, en avril 2002, Jonas allait venir à Paris pour une rétrospective au festival Côté court de Pantin pour fêter son 80e anniversaire. Luc m'a alors renouvelé sa proposition de réaliser un court portrait de Jonas. Nous avons fait un entretien pendant le festival ; comme d'habitude, je filmai la rencontre en Super-8 et en 16 mm, tandis que l'entretien a été tourné en Mini-DV par Anne Maregiano. D'une durée de 10 minutes, la vidéo a été montée par Nicolas Sarkissian.

D'une manière naturelle et inconsciente, Jonas et moi partagions les mêmes désirs de tourner, de capter, de préserver les moments vécus ainsi que les images qui en résultent, d'archiver et de transmettre. Jonas était à la fois cinéaste, distributeur, programmateur et critique. Moi-même, bien avant de le rencontrer, je réalisais aussi mes films, je travaillais dans la distribution et j'organisais des séances de cinéma. Jonas a fondé la New York Filmmakers' Cooperative et l'Anthology Film Archives, et moi Re:Voir et la Film Gallery. Il était Lituanien à New York et moi Américain à Paris. Nous étions alors, dès notre rencontre, des alliés proches pour la préservation et le partage d'un certain cinéma personnel, indépendant et engagé.

Pip Chodorov

Pour aller plus loin :