Ce film n'est plus visible sur Henri
Serial

Les Misérables, épisode 2

Henri Fescourt
France / 1925 / 1:33:19
D'après le roman Les Misérables de Victor Hugo.
Avec Sandra Milowanoff, Gabriel Gabrio, Jean Toulout, Suzanne Nivette, Renée Carl, Georges Saillard.
Accompagnement musical par Roch Havet (piano), Florent Lalet (saxophone), Jeff Pautrat (contrebasse).

Serial en 4 épisodes. Tout juste sorti du bagne, le forçat Jean Valjean est méprisé par la population qu'il croise. Seul un évêque, Mgr Myriel, se montre bienveillant envers lui, jusque dans le vol de ses couverts en argent. Profondément ému par cette bonté d'âme, et pourvu d'une richesse inattendue, Valjean change d'identité et de conduite pour devenir M. Madeleine. Devenu maire et un industriel prospère, il croise le chemin de Fantine, mère célibataire vivant dans la misère.

Cette restauration 4K a été effectuée en 2015 au laboratoire du CNC en collaboration avec la Cinémathèque de Toulouse et en partenariat avec Pathé et la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Remerciements à Béatrice de Pastre et la direction du Patrimoine du CNC, la Cinémathèque de Toulouse, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Le CNC remercie Roch Havet et Sylvain Airault du festival d'Anères pour leur attention qui permet à HENRI d'accueillir Les Misérables en musique.

Création musicale de Roch Havet pour le Festival d'Anères. Enregistrement effectué au Festival d'Anères du 12 au 15 mai 2016.


Henri Fescourt signe avec ses Misérables une somptueuse adaptation en quatre parties du célèbre roman de Victor Hugo, déjà porté plusieurs fois au cinéma, avec notamment une première adaptation chez Pathé par Albert Capellani en 1913. En s'attaquant à nouveau à ce chef-d'œuvre de la littérature française, Fescourt réalise un feuilleton haletant, sensible, d'une psychologie rare, répondant à la politique de productions de la Société des Cinéromans, dont l'ambition était l'adaptation à l'écran de grands récits populaires, centrés autour d'une figure à la fois héroïque et complexe, à laquelle le public pouvait facilement s'identifier. Il rassemble une troupe d'acteurs exceptionnels évoluant dans des décors naturels saisissants. « En de vastes tableaux composés avec une large compréhension de l'œuvre inspiratrice, Henri Fescourt a condensé toute la poignante beauté et toute la grandeur du gigantesque poème... », lit-on dans Le Matin en 1925.

Qualifié à l'époque de « chef-d'œuvre de la cinématographie mondiale », le film reçut un accueil quasi unanime. Il était pourtant connu jusqu'à présent uniquement en noir et blanc et dans une version de courte durée. En 2015, il renaît grâce à une collaboration entre le CNC, la Cinémathèque de Toulouse et la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. L'enjeu de cette restauration était de retrouver Les Misérables avec toute la richesse des différentes techniques de couleur utilisées en 1925 par Henri Fescourt. À partir d'un négatif Pathé conservé par le CNC et d'une copie d'exploitation en couleur conservée par la Cinémathèque de Toulouse, le film est ainsi restitué dans la version la plus proche à ce jour de celle présentée aux spectateurs en 1925.