Ce film n'est plus visible sur Henri
Domitor

Paris cinéma

Pierre Chenal, Jean Mitry
France / 1929 / 49:14 / Silencieux

Premier documentaire sur les coulisses de l'industrie cinématographique, de la fabrication d'un appareil de prises de vues (Debrie) au tournage en studio et à la mise en scène, en passant par les techniques de l'animation. Pierre Chenal rencontre André Rigal qui exécute, dans son atelier, une série de dessins à main levée. Ces croquis sont ensuite broyés dans un moulin à café, dont il ressort un dessin animé sur pellicule. À Champigny, Alain Saint-Ogan et son animateur travaillent sur Zig et Puce et élaborent les premiers pas d'Alfred le pingouin. À Fontenay-sous-Bois, Ladislas Starewitch présente ses futures vedettes. Pierre Chenal décrivait ainsi son film : « J'avais conçu de tourner un documentaire dans lequel je montrerais comment on fabrique un film afin, par la même occasion, de l'apprendre moi-même. »

Film numérisé en coopération avec Gaumont Pathé Archives d'après un négatif nitrate de prémontage pour teintage, sauvegardé en 1988 sur support safety et conservé à la Cinémathèque française. Remerciements particuliers à Manuela Padoan (Gaumont).


« Je me rendis vivement compte de la difficulté de faire du reportage avec un gros appareil de studio manœuvré par un opérateur à qui, en improvisant, en voulant saisir un tableau, un mouvement de hasard sur le vif, on n'a pas le temps de communiquer ce qu'on voit. Je décidai d'opérer moi-même avec un appareil léger. Je pense que, pour le reportage tout au moins, prendre les vues avec un portatif est le seul moyen de fournir du bon travail, car la conception, l'inspiration ou simplement... les choix se font en même temps, se fondent. L'homme-caméra, le ciné-œil, ces expressions dans ce cas disent bien ce qu'elles veulent dire : l'appareil – en l'occurrence un de ces excellents Kinamo – devient un de vos organes. » (Pierre Chenal, Pour vous, 1932)

« Pierre et moi avons exactement le même âge, à un mois près. Nous sommes amis d'enfance, depuis notre rencontre au lycée Buffon, à la rentrée d'octobre 1918, un peu avant l'Armistice. Quelques années plus tard, alors que je fréquentais des gens de cinéma, autour de Canudo, et que je faisais des affiches pour gagner ma vie, Pierre, lui, élève des Arts et Métiers, travaillait dans une usine de produits chimiques. Il en avait assez de respirer des émanations de phosgène et s'est mis alors aux affiches et au dessin. Nous allions énormément au cinéma. Eugène Deslaw, documentariste dont on parle trop peu, auteur de La Marche des machines, m'a suggéré, lors de nos nombreuse rencontres à la Coupole, de faire quelque chose sur l'envers du cinéma, idée qu'il n'avait pas le temps de concrétiser. J'en ai parlé à Chenal et c'est devenu Paris cinéma. Nous n'avions presque pas d'argent. Un copain à moi, Robert Gys, décorateur connu, nous a donné quelques sous et l'autorisation de tourner dans ses décors. Je connaissais Émile Nathan et lui ai soutiré un peu de pellicule, plus la gratuité du tirage et du développement de la première copie. Bref, on a pu se payer deux opérateurs. Gaston Thierry, de Cinémonde, nous a conseillé de voir Beck, l'imprimeur du journal. Ce dernier m'a éconduit mais Pierre a pris le relais : il a fait le siège de son bureau pendant quinze jours ! Beck en a eu assez, et l'a fait venir : "Que voulez-vous ? – De l'argent pour terminer un film. – Combien ? – Il faudrait au moins cinquante mille francs... – Tenez, les voilà et foutez-moi la paix !" Et c'est comme ça que Pierre a signé le film, puisqu'il avait décroché l'essentiel du financement... J'ai admiré sa ténacité, trait de caractère que je ne possédais pas, mais grâce auquel le film a pu se faire. Ça mérite un coup de chapeau. » (Jean Mitry, cité dans Pierre Chenal : Souvenirs du cinéaste, Dujarric, 1987)

Pour en savoir plus sur Jean Mitry, fondateur avec Henri Langlois et Georges Franju de la Cinémathèque française, lire l'article biographique de Laurent Husson sur le site de la Cinémathèque universitaire : https://www.cinematheque-universitaire.com/mitry-by-husson.