Catalogue des appareils cinématographiques de la Cinémathèque française et du CNC

Accueil > Collection

Le cinéma est le royaume des ombres, disait Maxime Gorki en 1896. Les ombres ont toujours joué un rôle important dans la mythologie et le subconscient. L'ombre qui nous est attachée est notre âme ; la perdre est le pire des cauchemars. La plus ancienne mention des théâtres d'ombr...

Le cinéma est le royaume des ombres, disait Maxime Gorki en 1896. Les ombres ont toujours joué un rôle important dans la mythologie et le subconscient. L'ombre qui nous est attachée est notre âme ; la perdre est le pire des cauchemars.

La plus ancienne mention des théâtres d'ombres vient probablement de Chine; mais le Japon, l'Inde, le Siam, Bali, ont tous développé leurs traditions particulières. Au XVIIe siècle, le spectacle d'ombres a pénétré jusqu'en Turquie, mais il pris la forme d'une comédie naturaliste et paillarde, centrée sur les aventures de Karagueuz, personnage populaire comique, voyou joyeux et obscène, et son compagnon pédant, Hacidad, qui lui donne la réplique.

Le théâtre d'ombres s'est propagé en direction du Nord à travers l'Italie. L'adoption de la dénomination « ombres chinoises » pour ce spectacle, reflète la mode du XVIIIe siècle pour les « chinoiseries » de toutes sortes. En 1771, Séraphin-Dominique François (connu plus tard sous le nom de Séraphin), donne ses premiers spectacles d'ombres dans un hôtel de Versailles. En 1784, il ouvre un théâtre permanent dans une galerie du Palais-Royal à Paris. Le célèbre théâtre de Séraphin (qui fermera ses portes en 1870) fixe le répertoire classique du théâtre d'ombres, par exemple Le Pont cassé.

Non moins célèbre fut le divertissement artistique présenté par le cabaret du Chat Noir entre 1886 et 1896, sous la direction de Rodolphe Salis. Généralement accompagnés par une musique spécialement composée par Georges Fragerolle, des spectacles d'ombres comme La Marche à l'Étoile d’Henri Rivière ou L’Épopée de Caran d’ Ache étaient des chefs-d’œuvre de dessin et d'animation pré-cinématographique. Rivière complétait ses figures découpées et ses décors par des arrière-plans que projetait une double lanterne magique, reliant ainsi deux antécédents fondamentaux du cinéma.

Lire la suite Refermer

1 appareil

Trier par : Date d'ajout | Date de fabrication | Nom

Théâtre d'ombres - AP-95-1185

Fabricants : Léon Saussine

Année de fabrication : 1880

huit vues déroulantes ; lithographie couleur sur papier translucide ; boîte et couvercles décorés ; plateau rotatif intégré ; boîte à musique incorporée