Catalogue des appareils cinématographiques de la Cinémathèque française et du CNC

Accueil > Collection

Le mouvement humain, animal, des objets, des fluides, de l’air, de l’eau, etc., a fasciné depuis toujours l’être humain qui a rêvé de le fixer, de l’enregistrer. Les premiers appareils de la méthode graphique y parviennent mais c’est la « photographie animée », apparue à la fin d...

Le mouvement humain, animal, des objets, des fluides, de l’air, de l’eau, etc., a fasciné depuis toujours l’être humain qui a rêvé de le fixer, de l’enregistrer. Les premiers appareils de la méthode graphique y parviennent mais c’est la « photographie animée », apparue à la fin du XIXe siècle, qui va permettre d’assouvir réellement ce vieux fantasme : piéger l’image auparavant fugitive de la « camera obscura ».

Le physiologiste Etienne-Jules Marey, avec ses premières caméras à plaques de verre puis à pellicule, avec ses quelque 600 films tournés à partir de 1889, est le premier « réalisateur » du siècle. Le Cinématographe Lumière, en 1895, un appareil à triple fonction – caméra, projecteur, tireuse – offre la possibilité de filmer les scènes de la vie quotidienne. Le prestidigitateur Georges Méliès, avec sa propre caméra, fusionne la magie et le cinéma : les « effets spéciaux » ou « films à trucs » bouleversent le spectacle cinématographique. Des industriels du monde entier commercialisent ensuite d’excellents appareils : Gaumont, Pathé et Continsouza, Debrie, Eclair, Ernemann, Bell & Howell, Mitchell, etc. Au départ, les mécanismes d’entraînement de la pellicule étaient nombreux (griffes, chiens, came battante, rouleau semi-évidé, roue à rochet, etc.), puis c’est le mécanisme à griffes préconisé par Louis Lumière qui finit par s’imposer. La pellicule se standardise et on abandonne les formats obsolètes (58 mm Gaumont, 68 mm Biograph…).

L’arrivée des « Talkies » en 1927 modifie les caméras, certaines permettent l’inscription du son sur la même pellicule qui porte les images, d’autres sont enfermées dans de lourds caissons insonorisés (le « blimp »). Le cinéma en couleurs, en relief, engendre aussi de profondes modifications. Pour obtenir des ralentis, on enregistre des images à haute fréquence (de 200 images/seconde à plus d’un million), ce qui donne naissance à des caméras à prisme rotatif et à pellicule fixe. On a toujours rêvé aussi de cinéma large et total. Durant les années 1950, le 70 mm (déjà esquissé au début des années 1930) modifie le cadre des images, de même que le CinemaScope et ses dérivés.

Le cinéma d’amateur, dès l’émergence du cinématographe, a conquis les foules : des milliers de caméras différentes, utilisant des formats divers (8 mm, super 8 mm, 9,5 mm, 16 mm, 28 mm), permettent aux familles de fixer de bons souvenirs, mais aussi à d’apprentis réalisateurs d’apprendre leur métier.

A partir de 1970, un ingénieur de Grenoble, Jean-Pierre Beauviala, révolutionne les techniques en créant d’excellentes caméras ergonomiques et silencieuses, équipées de time code. Un fabricant américain, Panavision, loue de somptueuses caméras de studio. Des fabricants allemands, Arnold et Richter (Arriflex), remportent un large succès avec leurs différents modèles d’appareils. Le numérique interrompt la course à l’amélioration des caméras argentiques : une nouvelle ère commence.

Lire la suite Refermer

6 appareils

Trier par : Date d'ajout | Date de fabrication | Nom

Caméra de télévision noir et blanc - AP-15-3042

Fabricants : Compagnie française Thomson Houston Etablissements Pierre Angénieux

Année de fabrication : 1959

caméra à tube image-Orthicon 3 pouces ; monostandard 625 lignes ou 819 lignes ; roue porte-filtres à cinq positions ; diaphragme télécommandé par pupitre ; viseur électronique de 17 cm équipé d'un tube cathodique de 17 cm de diagonale ; compteur horaire incorporé ; prise audio pour microphone de commentateur ; interphone fonctionnant sur batterie ; réglage contraste / lumière ; zoom Angénieux de rapport 4 x amovible ; monocommande zoom/point ; diaphragme à filtres télécommandé depuis le pupitre ; cible du tube Image thermostatée ; balayage équipé d'un dispositif anti-marquage dit orbiteur pour décaler lentement (30 secondes) et circulairement l'image de quelques % sur la cible ; voyant antenne

Caméra de télévision noir et blanc - AP-15-3031

Fabricants : Compagnie française Thomson Houston Etablissements Pierre Angénieux

Année de fabrication : 1963

caméra transistorisée à tube image-Orthicon de 4 1/2 pouces à obturation électronique ; tri-standard 525 - 625 - 819 lignes avec sélection par boutons pressoirs ; circuits électroniques sur cartes imprimées interchangeables ; diascope incorporé au système optique ; disque porte-filtre à six positions commandé depuis l'arrière de la caméra ; mise en température rapide du tube image-Orthicon et contrôle permanent de la température sur le contrôle de voie ; viseur électronique amovible à tube rectangulaire de 17 cm de diagonale ; pré-amplificateur vidéo ; amplificateur audio permettant le branchement d'un microphone pour commentateur indépendant du réseau interphone ; objectif interchangeable à focale variable 35-350 mm avec commande et télécommande de la mise au point et focale ; sélection par boutons pressoirs de huit valeurs de distances focales préréglées ; compteur horaire

Caméra de télévision noir et blanc - AP-15-2987

Fabricants : Compagnie française Thomson Houston Etablissements Pierre Angénieux

Année de fabrication : 1961

caméra noir et blanc 525 lignes ou 625 lignes à tube Vidicon Thomson 9806 diamètre 1 pouce longueur de 180 mm au tri-sulfure d'antimoine ; commandes mécaniques du zoom de rapport 10 ; viseur 652 lignes électronique de 17 cm ; tiroir du bloc d'analyse instantanément enfichable ; objectif zoom Angénieux à monocommande ; iris manuel à manivelle

Caméra de télévision noir et blanc - AP-14-2982

Fabricants : Compagnie française Thomson Houston

Année de fabrication : 1954

caméra 819 lignes à tube analyseur Photicon Supericonoscope à photoémissivité du type P.E.S. [Photo Electron Stabilized] ; tourelle motorisée à quatre objectifs ; dispositif de réglage de diaphragme et de mise au point ; circuits d'amplification ; prise pour câble à 28 conducteurs ; viseur électronique ; amplificateur vidéo ; amplificateur de balayage ; viseur électronique séparable à tube cathodique de 12 cm dont l'image est agrandie par une lentille en matière plastique; potentiomètre de mise au point commandé par levier ; boutons-poussoirs de commande de tourelle ; boutons-poussoirs de commande de diaphragme ; prise pour casque-microphone ; voyant lumineux

Tube de caméra de télévision - AP-14-2909

Fabricants : Compagnie française Thomson Houston

Année de fabrication : 1953

tube générateur de mire (à "chevaux de Marly") ; culot neuf broches ; culot quatre broches ; bande noire pour donner la référence du niveau de noir

Caméra de télévision noir et blanc - CNC-AP-13-1134

Fabricants : Compagnie française Thomson Houston Etablissements Pierre Angénieux

Année de fabrication : 1959

tube Image-Orthicon 3" régulé à 2 degrés près par chauffage et ventilation ; monostandard 625 lignes ou 819 lignes ; roue porte-filtres à cinq positions ; diaphragme télécommandé par pupitre ; viseur électronique de 17 cm équipé d'un tube cathodique de 17 cm de diagonale ; compteur horaire incorporé ; prise audio pour microphone de commentateur ; interphone fonctionnant sur batterie ; réglage contraste / lumière ; zoom P. Angénieux F. 50 - 200 mm 1 : 3 n° 1 157 135 type LB3 ; distance focale et de mise au point à commande mécanique