Vie du projet

Je me souviens...

... de l'année où j'ai suivi un atelier du CCAJ, de mon premier plan, de la projection de mon film à la Cinémathèque, et de bien d'autres choses qui m'ont laissé un vif souvenir !  A l'occasion du 25ème anniversaire du programme, des garçons et des filles témoignent ici et sur le blog.

Noah, Sainte-Anne, France

Zacharie, Saint-Martin-d’Hères, France

Lucia, Barcelone, Espagne

Tiago, Serpa, Portugal

Noémie, Emma et Alice, Paris, France

El Hadji, Paris, France

Historique

Rio de Janeiro

 

1994-1995

Centenaire de l’invention du Cinématographe par les frères Lumière.

À l'origine du projet, il y a le désir de quelques-uns (des praticiens du cinéma, des enseignants, des individus et des institutions) d'expérimenter une pédagogie du cinéma qui conjugue la formation du regard avec l'expérience créatrice. Trois archives (La Cinémathèque française, l’Institut Lumière, la Cinémathèque de Toulouse) et une salle de cinéma (L’Eden-le Volcan au Havre) s’associent pour mettre en place un dispositif appelé « le Cinéma, cent ans de jeunesse », labellisé par le Premier Siècle du cinéma ; les initiateurs en sont Alain Bergala, Nathalie Bourgeois, Carole Desbarats, Ginette Dislaire, Thierry Frémaux, Béatrice de Pastre et Catherine Schapira. Les premiers ateliers sont mis en place sur l’année scolaire 1994-95, dans 4 régions en France. De cette expérience naît un film, Jeunes lumières, qui sera présenté en 1995 au Festival de Cannes, puis diffusé dans de nombreux festivals et des cinémathèques. Le film rassemble 60 « minutes Lumière » sur les 300 filmées par des enfants et adolescents dans les ateliers, en super 8, à travers la France.

Jeunes lumières de Nathalie Bourgeois et Valérie Loiseleux (60’, 35 mm, France, 1995, co-production Cinéma, cent ans de jeunesse et Agat Films et cie).

1996

Le dispositif est pérennisé. Dans le cadre du développement de sa jeune action pédagogique, la Cinémathèque française soutient ce projet et assume la coordination du Cinéma, cent ans de jeunesse. De 1996 à 2005, de nombreuses régions en France s'y associent, temporairement ou de manière durable.

2000

Dans le cadre de la Mission d'éducation artistique et d'action culturelle mise en place par Jack Lang, Alain Bergala publie un livre de référence : « l’Hypothèse cinéma - petit traité de transmission du cinéma à l'école et ailleurs » (ed. Cahiers du cinéma, 2002 ; traduit en de nombreuses langues).

 

L'hypothèse cinéma

Toutes les questions


Tendance Lumière / Tendance Méliès
L’altérité au cinéma
Le hors-champ sonore
Filmer les gestes
L’espace réel ou filmique
Le temps réel ou filmique
La place de l'acteur dans la mise en scène
Le plan
Le montage et le raccord
La lumière
Le rapport figure/fond
Le point de vue
La couleur
Les mouvements de caméra
Montrer/cacher
La part du réel dans la fiction
Mettre en scène
Le plan-séquence
L’intervalle
Le climat
Le jeu
Des lieux et des histoires
La situation

 

2005

Le Cinéma, cent ans de jeunesse s'ouvre à l'Europe, avec la participation de l’Espagne : les pays méditerranéens sont bientôt rejoints par des pays d’Europe de l’Ouest, du Nord et enfin d’Europe centrale et orientale.

2010

Le programme devient international et se développe en Amérique latine : Brésil, Cuba, Mexique. Les régions françaises d’outre-mer s’y associent également (Antilles).

2014

La Cinémathèque française, à travers le Cinéma, cent ans de jeunesse, participe à de nouveaux projets européens, qui reçoivent le soutien de Europe Creative (Framework for film education / CinEd / Inside Cinema).

2016

Lancement du site du Cinéma, cent ans de jeunesse : un site de ressources pédagogiques inspirées par les expérimentations du programme, pour tous. Site bilingue français/anglais grâce au partenariat avec The Scottish Film Education.
Année d’ateliers sur la question du climat (le rôle de la météo au cinéma), en partenariat avec la COP 21 qui se déroule à Paris.

2017

L’Asie participe désormais au CCAJ avec des ateliers en Inde et au Japon.

Viva o Cinema! de Paulo Pastorelo (83’, prod : Escola Carlitos, Ebisu films) : long-métrage sur un atelier du Cinéma, cent ans de jeunesse à Sao Paulo. Sortie en salle au Brésil, programmé au 30e Tokyo International Film Festival.

2019

Le CCAJ est présent dans 15 pays à travers le monde : en Europe (Allemagne, Belgique, Bulgarie, Espagne, Italie, Finlande, France, Lituanie, Portugal, Royaume-Uni : Angleterre et Ecosse), en Amérique latine (Argentine, Mexique, Brésil), en Inde et au Japon.
Et 8 régions en France (Ile de France, Occitanie, Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, Grand Est, Nouvelle Aquitaine, Corse, Guadeloupe et Martinique).
Soit un réseau international de 24 structures (associations, archives, salles de cinéma, scènes nationales…) associées à La Cinémathèque française sur ce programme.

 

Viva o Cinema

« A nous le cinéma ! »

« A nous le cinéma ! » : 3 journées de Rencontres internationales rassemblent chaque année en juin les participants des ateliers - élèves venus de toutes les régions et pays accompagnés de leurs intervenants et de leurs enseignants. L'ensemble des films réalisés en atelier sont projetés à La Cinémathèque. Les dernières bandes-annonces de ces journées :

A nous le cinéma ! 2019 Bande-annonce

A nous le cinéma ! 2018 Bande-annonce