Revue de presse

 

2019 - Criterio  

Un cinéma en direction des jeunes

Criterio, Argentine, juillet 2019

« Pour nous ça a été très intéressant de s’adapter à la structure proposée par ce programme (du CCAJ) tout en conservant notre propre approche et sensibilité. » - Emiliano Ovejero

Pablo de Vita


2018 - Metro Plus  

Les histoires que les enfants racontent

Metro Plus, Inde, novembre 2018

« Le partenariat avec la Cinémathèque a également permis la mise en ligne du film sur le blog du Cinéma, cent ans de jeunesse. Il sera non seulement visionné par le réseau international du CCAJ, mais donne aussi un accès à son contenu à la Children’s Film Academy. »

Shilpa Nair Anand

2018 - Corse Matin  

L’école du cinéma, celle de la vie

Corse-Matin, France, juillet 2018

« C’est un hymne aux chemins de traverse. A l’idée qu’au cours de cette phase critique que peut parfois être l’adolescence, il n’existe pas une façon unique de concevoir la formation et l’acquisition de compétences. [...] Chacun d'entre eux à sa propre histoire. Où il est souvent question de décrochage scolaire, de parcours personnel chaotique, de difficulté à trouver sa place dans un système qui peine à faire rimer études et épanouissement. »

Sébastien Pisani


2018 - Keskipohjanmaa  

L'ouverture du Midnight Sun Film Festival consacrée à l'éducation au cinéma

Keskipohjanmaa, Finlande, juin 2018

« En présentation du thème du climat, nous avons vu un film d'Helsinki dans lequel une jeune femme se déshabille en pleine ville, dans le froid, tandis que ses joues et ses lèvres rougissent. Quant aux élèves de l'école primaire Legsby en Angleterre, ils se blotissent les uns contre les autes sur le banc d'un parc pour se protéger du vent. Selon Nathalie Bourgeois, cela exprime une question plus vaste, celle de la nature humaine qui unit les personnages du film. »

Hannu Björkbacka


2018 - Nihon Keizai Shinbun  

Création cinématographique, les enfants du monde entier jouent le premier rôle

Nihon Keizai Shinbun, Japon, mai 2018

« Pourquoi ce dispositif a-t-il réussi à se développer ? Je pense que c'est parce que ici "tout le monde cherche". Les enseignants, les professionnels du cinéma et les élèves mobilisent les compétences et expériences de chacun pour répondre à un même objectif.  Tout commence par une hypothèse (une question de cinéma).  Les adultes comme les enfants, tout le monde cherche, sans savoir comment arriver à la solution.  On n'impose pas un savoir, on favorise un apprentissage. »


2017 - La Capital  

Ils ont tourné un court-métrage et le présentent à Paris

La Capital, Argentine, mai 2017

« C’est simple d'aller au cinéma, voir un film à l’écran et aimer ce que tu vois, mais c'est tout autre chose de faire un film. Cela demande de nombreuses heures de préparation, nous travaillons depuis trois mois pour faire notre film-essai. Dans l'atelier on apprend à voir ce qui n'est pas si évident, l'autre côté du cinéma, donc on apprend à apprécier la beauté qu'il y a l'intérieur d'un film. » - Oriana Ines (16 ans)

Marcela Isaías

 

2016 - 15 min  

Quelle influence a le cinéma sur la jeunesse ?

15 min, Lituanie, novembre 2016

« La participation à ce projet m’a permis de commencer mieux comprendre mes sentiments, et, pour créer le scénario, en parler avec d’autres personnes. Le plus beau est que nous avons appris à exprimer l’état d’une personne en filmant le vent, le soleil, le ciel couvert ou l’eau qui coule », a déclaré Severina. « J’ai compris que grâce aux phénomènes météorologiques on peut exprimer dans le film les différentes émotions qui sont parfois difficile à exprimer dans la vraie vie. En faisant du cinéma, j’ai compris que pour obtenir un résultat il faut se surpasser ou comprendre encore mieux ce que je veux », a dit Paula en partageant ses découvertes. Selon Kristupas, les cours de cinéma ont révélé de nouveaux domaines de communication : « Nous habitons à Anykščiai, une petite ville, et il semblait que nous nous connaissions assez, mais en créant un film, nous nous sommes dévoilés encore plus, j’ai trouvé une équipe et on a envie de faire du cinéma ensemble encore et encore. Ce projet a changé mon opinion sur le cinéma de fiction : j’ai compris que chaque détail de la prise est important, et maintenant je fais aussi attention à cela dans la vie réelle ».

Laura Kešytė


2016 - L'Indépendant  

Un film de l’école Arago à la cinémathèque française

L’Indépendant, France, juin 2016

« Au travers des différentes activités cinématographiques proposées, ce sont toutes les compétences contenues dans les programmes officiels qui ont été travaillées : maîtrise des langages pour penser et communiquer, développement des cultures scientifique et humaniste, connaissance des systèmes naturels et techniques, représentation du monde, formation de la personne et du citoyen… »


2015 - SMH  

A nous le cinéma !

SMH n°385, France, juillet-août 2015

« Chaque année, un thème fédérateur est proposé aux participants. Pour le cycle qui s'est achevé en juin, les élèves étaient invités à s'intéresser à "l'intervalle". Un thème assez riche pour permettre à toutes sortes de sensibilités de s'exprimer et produire des films intimistes ou plus sociétaux.  »



 2014 - Bref
 

Vingt ans de « Cent ans de jeunesse »

Bref n°112, France, août 2014

« Les films dessinent, avec lucidité et nuances, une topographie de la réalité d’aujourd’hui entre pudeur des sentiments, désirs d’ailleurs, interrogations sur l’avenir, radiographie des nouvelles configurations des cellules familiales. Bien sûr la finalité de cette initiation à la réalisation ne tient pas tant à la qualité du film qu’à l’expérience partagée lors de son élaboration. Il n’empêche, la qualité de telle ou telle interprétation, la sensibilité à capter une lumière ou la tessiture d’une ambiance sonore, la façon de parcourir un espace, de jouer des ellipses, distillent de vrais instants de beauté. »

Jacques Kermabon


 2013 - NRP  

Le Cinéma, cent ans de jeunesse fête sa 20e édition

NRP Collège, France, septembre 2013

« À voir les quarante films réalisés, on prend meure de la force d’absorption de connaissances transmises, et de la faculté de transpositions aux préoccupations d’une jeunesse faisant découvrir son mode de vie, son environnement, ses inquiétudes et ses désirs. Par sa mixité sociale et son ouverture à l’international, ce dispositif se révèle comme un modèle universel, un réservoir d’expériences pour initier les jeunes au cinéma. »

Marie-Laure Guétin


2012 - L'Humanité  

Trente-sept films qui pourraient changer des vies

L'Humanité, France, juin 2012

« Il ne s’agissait pas en effet de mettre dans les mains de ces néophytes une de ces caméras si faciles aujourd'hui à manier et de leur dire de filmer ce qui passe devant l'objectif : le thème choisi en effet (la part du réel dans la fiction, NDLR), les obligeait à travailler d'abord un scénario. Le plus souvent assez simple : un garçon ou une fille marche à la découverte de sa ville, mais parfois pimenté de péripéties dont on voit bien la part d'improvisations joueuses ou d'approfondissement d'une situation aux résonances sociales [...]. Aux uns et aux autres, ces idées ne sont pas sorties du néant : ainsi un élève d'une classe d'accueil de Catalogne rappelait que, avant de se mettre à leur film, pour mieux comprendre ce qu'on pouvait faire d'une caméra, ils avaient étudié des films de Sofia Coppola, Hou Hsiao-hsien et Olivier Assayas. « Quand nous nous apprêtions à tourner, il faisait nuageux et cela nous a aidés à définir notre personnage », a dit un jeune Portugais. Ainsi naît un film. »

Emile Breton


2011 - Cahier Cinéma  

Les petits cinéastes

Cahiers du Cinéma, France, septembre 2011

« À voir le résultat de cette année de travail, on se dit que tout l’enjeu est de faire un film « avec » des enfants et non pas « sur » eux. On imagine la tâche ardue pour les enseignants, comme pour les intervenants, de ne pas imposer des idées – tout en ne laissant pas les enfants partir dans tous les sens. […] Le regard du spectateur est donc doublement aiguisé : ce sont des films collectifs, sans auteur, et des films « aidés » par un enseignant, un intervenant et tout un dispositif qui nourrit les enfants, qui d’un même élan reçoivent et renvoient. »

Stéphane Delorme


2007 - Expresso  

Le cinéma défendu, notes sur Doc’s Kingdom

Expresso, Portugual, juin 2007

« Grande surprise à la fin [du festival] Doc's Kingdom avec la présentation des films réalisés par des élèves du secondaire dans le cadre des ateliers de l'association "Os Filhos de Lumière". […] On sent que les responsables ont incité à la liberté créative à travers une invitation à la découverte du cinéma, à la création du spectateur de demain. Le résultat est excellent. […] Nous avons quitté l'Alentejo avec la preuve bien vivante que, plus qu'en quelconque autre endroit, le cinéma a été défendu. »

Francisco Ferreira