En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Derrière le miroir, trucages, jeux d'optique et effets d'étrangeté dans les films de Raoul Ruiz
Conférence d'Élodie Boin Zanchi et François Ede

6 mai 2016

« J'utilise le cinéma comme un miroir déformant. Je pars du fait que je vois la réalité avec les yeux et que le cinéma, à travers la distorsion, peut m'aider à capter des éléments de la réalité qui nous échappent. » (Raoul Ruiz)

Les expérimentations techniques sont au cœur de nombreux films de Raoul Ruiz, car il aimait faire des jeux d'images comme on fait des jeux de mots. Nombre de ses films ont été tournés avec des budgets souvent dérisoires, parfois avec des chutes de pellicule, une caméra prêtée et le concours bénévole d'amis acteurs et techniciens. Sur le plan technique, cette utilisation des trucages directs correspond à une méthode que Ruiz ne cessera d'explorer. Elle répond à la fois à une volonté de casser les codes narratifs et de créer une esthétique qui brouille les repères de l'espace et du temps. Mais ces jeux d'images souvent improvisés sur le plateau révèlent aussi un désir de pousser ses collaborateurs, acteurs ou techniciens, à sortir de la routine, prendre des risques et relever des défis. Pour Ruiz, tout se joue alors durant le tournage et c'est sur le plateau qu'il faut réaliser l'exploit. Cette présentation à deux voix sera illustrée de nombreux extraits de films qui permettront une analyse esthétique et technique des différents types de trucages utilisés : surimpressions, ralentis, cache contre-cache, miroir semitransparent, Simplifilm, lentilles coupées, etc. Plusieurs démonstrations de trucages directs seront présentées afin de mieux faire connaître des procédés qui relèvent aujourd'hui de l'archéologie cinématographique.


François Ede est documentariste et directeur de la photographie, pour Raoul Ruiz notamment (L'Éveillé du pont de l'Alma ou Le Voyage clandestin). En 1995, il restaure Jour de fête et donne au film les couleurs voulues par Jacques Tati. En 2002, il dirige la restauration de PlayTime. Il est l'auteur de l'ouvrage Jour de fête ou la couleur retrouvée (Cahiers du cinéma, 1994). Il a pris part à la restauration de la version française de Lola Montès menée par la Cinémathèque française en 2008. Il est également scénariste, avec Raoul Ruiz, des Trois couronnes du matelot et a supervisé la restauration de plusieurs films de Ruiz.

Élodie Boin Zanchi est étudiante en esthétique du cinéma à l'université Paris 3. Elle a publié l'article « Raoul Ruiz et la "lentille coupée", ou comment créer des points de vue impossibles » dans Positif, mai 2016. Son travail de recherche porte sur les manipulations à la prise de vues dans l'œuvre de Ruiz.