En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 16 mars 2019, 17h45

La Filmothèque du Quartier latin Hors les murs

17h45 → 19h10 (81 min)
Séance présentée par Dave Kehr

Ida Lupino
Etats-Unis / 1950 / 81 min / DCP / VOSTF

Avec Sally Forrest, Keefe Brasselle, Hugh O'Brian.

La carrière de Carol Williams, jeune danseuse prometteuse, est fauchée nette par la polio. Hospitalisée, elle tourne le dos à son fiancé et sombre dans la dépression. Grâce à d'autres patients, elle remonte peu à peu la pente...

Restauré par le MoMA, avec le soutien financier du fonds de conservation Celeste Bartos.


Après plus de quinze ans d’une carrière d’actrice, qui l’aura vue arpenter les plateaux de Raoul Walsh, Allan Dwan, Henry Hathaway ou Michael Curtiz, Ida Lupino commence à sérieusement s’ennuyer : « Je tournais en rond, me demandant ce que je faisais là à attendre, pendant que quelqu’un d’autre s’occupait de tout le travail intéressant. » Avec son mari, elle monte une société de production indépendante (The Filmmakers), fait ses armes en remplaçant un cinéaste au pied levé (Elmer Clifton, victime d’une crise cardiaque sur le tournage d’Avant de t’aimer) pour finalement réaliser son vrai premier film en 1950.

Galop d’essai d’une courte carrière de cinéaste (sept long métrages), Never Fear aborde une question de société alors brûlante ‒ la polio ‒ comme le feront la plupart des productions The Filmmakers. Film parfois quasi-documentaire, ce drame édifiant marie une romance classique à un didactisme de bon aloi. La poliomyélite est une terra incognita pour la société américaine, effrayée par cette maladie alors incurable, et le film a les vertus pédagogiques d’un certain cinéma américain d’après-guerre. Mais Ida Lupino, qui a été à bonne école ‒ celle de Walsh ‒ évite la plupart des pièges du film dossier. Dès les premiers plans, elle trouve le ton juste, une forme d’équilibre que son héroïne, au fil d’une longue rééducation, cherchera en parallèle à recouvrer. Elle-même atteinte de la maladie, Ida Lupino insuffle à son film une folle énergie, incarnée par la formidable Sally Forrest. Ses plus belles scènes (la mutilation d’un autoportrait en terre glaise, une chorégraphie en fauteuil roulant) annoncent la poésie noire du Voyage de la peur (1953).

Xavier Jamet


Ajouter 2019-03-16 17:45:00 2019-03-16 19:06:00 Europe/Paris Never Fear Never Fear Salle La Filmothèque du Quartier latin - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr