En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

dimanche 17 mars 2019, 16h00

Salle Jean Epstein

16h00 → 17h45 (105 min)
Séance présentée par Louis Skorecki. Réservé à un public averti.

Louis Skorecki
France / 1974 / 105 min / DCP

Avec Elisabeth Boland, Françoise Grimaldi, Jean-René Huleu.

Réflexion sur les rapports entre image et voix off au cinéma, rythmée par la lecture d'une nouvelle de Sade racontant l'amour incestueux d'un père pour sa fille.

Réservé à un public averti.

Restauré en 2K au laboratoire Hiventy par La Cinémathèque française, Louis Skorecki et le G.R.E.C., à partir du négatif 16 mm et du son magnétique.


Le roman sadien a toujours été un obstacle quasiment infranchissable pour le cinéma. Comment transformer en image et en son ce qui, finalement, ne peut se concevoir qu’écrit ? L’œuvre du Divin Marquis ne touche-t-elle pas aux extrémités mêmes de la littérature ? Plutôt que les adaptations culturellement légitimes, c’est sans doute dans les séries B d’un Jess Franco ou dans l’allégorie politique de Pasolini, Salo, que l’on peut entrevoir un passage possible entre deux formes d’expression antagoniques. Mais c’est aussi, et davantage encore, dans Eugénie de Franval.
Tourné en 1974 par Louis Skorecki, le film est une adaptation réalisée avec la conscience d’une contradiction insoluble. Il restitue minutieusement le texte du roman dit en voix off sur des images en noir et blanc peuplées de silhouettes muettes, évoquant les personnages du récit et évoluant devant la caméra. Ce rapport minutieux au texte (rappelant en cela les recherches du couple de cinéastes Jean-Marie Straub et Danièle Huillet) trahit, certes, un désir de respect absolu de l’œuvre originaire saisie dans sa toute puissante singularité. C’est pourtant au moment où Skorecki lui-même, incarnant Valmont, effectue un geste produisant un véritable évènement dans le plan, perturbant le dispositif à la fois distancié et discursif d’une restitution du roman de Sade, que quelque chose du cinéma affirme son autonomie. L’essence du médium, toute entière définie par sa capacité à enregistrer et à figer un évènement unique, prend soudain le dessus. Cinéma et littérature sont, dans Eugénie de Franval, deux moyens d’expression portés jusqu’à un très haut degré d’incandescence.

Jean-François Rauger


Ajouter 2019-03-17 16:00:00 2019-03-17 17:45:00 Europe/Paris Eugénie de Franval Eugénie de Franval Salle Salle Jean Epstein - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr