En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Cochon qui s'en dédit
Cochon qui s'en dédit

vendredi 8 février 2019, 21h30

Salle Jean Epstein

21h30 → 23h30 (120 min)

Programme 6 : Corps hybrides, sorts communs


Jean-Louis Le Tacon
France / 1976 / 38 min / 16mm

«Mêlant réalisme cru et onirisme, Cochon qui s'en déditdénonce de façon éclatante l'industrialisation naissante de l'élevage, en faisant des corps exploités des cochons et de Maxime, l'éleveur, un seul corps souffrant. En donnant à voir de façon implacable l'horreur banale de son quotidien, le film crée une empathie brutale avec sa souffrance, causée par un système où il est à la fois victime et bourreau, et qui lui est infligée en même temps qu'il l'inflige à d'autres (les porcs), auxquels il s'identifie.» (Jonathan Palumbo)


Thierry Zeno
Belgique / 1974 / 82 min / 35mm

«Vase de noces rapporte la relation amoureuse d'un jeune homme avec une truie. René Micha, qui apprécie le film, cite à son propos François d'Assise et Georges Bataille. D'autres évoquent une parenté avec Pasolini. Pour Écran, Vase de noces est une 'oeuvre d'une audace et d'une pureté exemplaires' ». (Xavier Garcia Bardón)