En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 8 mars 2018, 18h15

La Filmothèque du Quartier latin Hors les murs

18h15 → 19h30 (74 min)
Séance présentée par Tim Lanza

La Maison de la mort
The Old Dark House
James Whale
Etats-Unis / 1932 / 74 min / DCP / VOSTF
D'après J.B. Priestley.

Avec Boris Karloff, Melvyn Douglas, Charles Laughton.

Au payx de Galles, surpris par un déluge, cinq voyageurs se réfugient dans une maison dont les occupants se révèlent effrayants.

RRestauré en 4K par la Roundabout Entertainment, en collaboration avec Universal, pour la Cohen Film Collection, à partir du négatif image 35 mm nitrate d'origine, un master positif nitrate image et un positif son nitrate conservés à la Library of Congress. Bien que le négatif caméra d'origine servit de source primaire pour l'image, les bobines 1, 2 et 6 avaient été abîmées. Le positif image nitrate permit de pallier l'absence de certaines images.


Ce cinquième long métrage de James Whale est adapté d’une nouvelle de J. B. Priestley. Il devint le modèle d’un nouveau genre, le film « par une nuit d’orage », où les auteurs rassemblent une compagnie disparate de personnages dans une demeure isolée, pour mieux les soumettre à la bizarrerie inquiétante de leurs hôtes. On y découvre ce joli mélange de frayeurs et de théâtralité qui caractérise d’autres œuvres classiques de Whale, telles que La Fiancée de Frankenstein ou L’Homme invisible. Cependant, La Maison de la mort se distingue par une attention comique aux thématiques de classe et de bigoterie.
Longtemps considéré comme perdu, ce film put être restauré uniquement grâce à une série d’accidents heureux. Il sortit à l’origine sous les couleurs d’Universal. Mais les droits d’adaptation obtenus par ce studio expirèrent en 1958. Ainsi, il demeura invisible pendant des décennies, lorsque bon nombre d’autres films d’horreur classiques restaient disponibles pour leur diffusion télévisuelle, notamment après l’achat par Screen Gems, la filiale audiovisuelle de Columbia, du catalogue Universal en 1957. Les éléments d’origine avaient aussi disparu. Ce ne fut qu’en 1958 que le réalisateur Curtis Harrington, après une enquête acharnée, découvrit les éléments nitrate d’origine, que Universal avait transférés, d’abord à la George Eastman House, puis à la Bibliothèque du Congrès. Les éléments étaient donc conservés. Mais si Universal possédait encore son copyright d’origine, il ne disposait plus d’un droit d’exploitation valable. Le Cohen Media Group obtint les droits littéraires sous-jacents et, après des années de négociation avec le studio, finit par accéder aux éléments d’origine pour pouvoir procéder à la restauration de cette version en 4K.

Tim Lanza