En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
L'Homme qui rétrécit
L'Homme qui rétrécit

mercredi 25 avril 2018, 15h00

Salle Henri Langlois

15h00 → 16h25 (81 min)

Wilfred Jackson
Etats-Unis / 1931 / 7 min / 35mm / VO

Une « Silly Symphonie », film musical sans parole, des studios Walt Disney mettant en scène une multitude de mouches dans une cuisine, à la campagne. Une araignée observe la scène pensant faire bombance mais... comme on le sait l'union fait la force !


L'Homme qui rétrécit
The Incredible Shrinking Man
Jack Arnold
Etats-Unis / 1956 / 81 min / DCP / VOSTF
D'après Richard Matheson.

Avec Randy Stuart, Grant Williams, April Kent.

Contaminé par une étrange brume, Scott Carey remarque peu après que son corps rétrécit. La médecine est impuissante face à ce cas inédit, il ne cesse de rapetisser jusqu'au jour où, toujours plus minuscule et pourchassé par le chat de la maison, il tombe à la cave, invisible aux yeux des autres.

J’ai eu le privilège de connaître Jack Arnold à la fin de sa vie et j’ai toujours aspiré à être ce qu’il a été, un réalisateur actif capable de gérer une variété de genres. Je ne pense pas que Jack contesterait mon choix pour ce film comme étant celui qui se rapprocherait le plus du chef-d’œuvre. Bien que réalisé avec un budget serré, comme un film des films de science-fiction rentables pour Universal, il est sublime. Richard Matheson, avec qui j’ai eu le plaisir de travailler sur Twilight Zone : the Movie, a adapté son propre roman dans lequel un type commence mystérieusement à rapetisser jusqu’à ce qu’il atteigne l’infini. Oui, il s’agit encore de radiation ! (Une chose que ces films nous apprenaient était de montrer un sain scepticisme à propos de la puissance nucléaire.) La nette précision technique avec laquelle Arnold aborde cette matière est très efficace. Nous y croyons vraiment et nous compatissons aux malheurs de l’homme qui rétrécit, et chacun de ses revers et triomphes est le nôtre. Mais l’aspect le plus marquant du film est la fin «  malheureuse », à la fois inattendue et profonde – la plupart des films de studio résolvaient le problème du héros à la fin, mais pas celui-ci. C’est très probablement le meilleur film de science-fiction des années 1950, mais aussi un des meilleurs films que j’ai jamais vus.

Joe Dante, Novembre 2016


Ajouter 2018-04-25 15:00:00 2018-04-25 16:21:00 Europe/Paris The Spider and the Fly / L'Homme qui rétrécit The Spider and the Fly L'Homme qui rétrécit Salle Salle Henri Langlois - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr