En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
L'Oiseau au plumage de cristal
L'Oiseau au plumage de cristal

vendredi 2 mars 2018, 20h00

Salle Henri Langlois

20h00 → 21h40 (98 min)

L'Oiseau au plumage de cristal
L'Uccello dalle piume di cristallo
Dario Argento
Italie-République fédérale d'Allemagne / 1969 / 98 min / DCP / VOSTF

Avec Tony Musante, Enrico Maria Salerno, Suzy Kendall.

Un écrivain américain, installé à Rome, assiste impuissant à l'agression d'une femme par un individu mystérieux. Suspecté par la police, il devient la cible du tueur, ce qui l'incite à mener lui-même l'enquête.

Avec L'Oiseau au plumage de cristal, premier opus de sa « trilogie animale », Dario Argento se lance dans la réalisation en réinventant le film policier ou giallo. Suspense, scènes baroques, meurtres stylisés jusqu'à l'excès, gants et poignards en guise de fétiches, sont autant de codes qu'il manie avec aisance. La résolution de l'énigme (une image vue mais mal comprise) renvoie à un moment postmoderne d'une déconstruction de l'image. Sorti opportunément en 1969 alors qu'un tueur en série terrorise l'Italie, le film enthousiasme le public. Doucement porté par la partition d'Ennio Morricone, discrètement teinté d'humour, L'Oiseau au plumage de cristal abonde en références cinéphiles, et particulièrement à Hitchcock. Argento assume allègrement la filiation, enracinée dans un souci du détail proche de l'obsession. Tout en popularisant le genre, il pose les jalons de son œuvre et offre au spectateur une quête visuelle, mémorielle, qui, dans ses accents antonioniens, préfigure le chef-d'œuvre du maître, Profondo rosso.
Hélène Lacolomberie


Restauré numériquement par Wild Side Films en 2010 à partir de l'interpositif Techniscope et du son magnétique déposés à la Cineteca di Bologna. L'étalonnage et le transfert haute définition du négatif original ont été supervisés par le directeur de la photographie Luciano Tovoli à Technicolor Rome, qui a choisi de désaturer des couleurs, et approuvés par Dario Argento. Le son a été restauré dans sa version mono d'origine. Les travaux ont été menés au laboratoire L'Immagine Ritrovata à Bologne.