En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

vendredi 21 avril 2017, 09h30

Salle Georges Franju

09h30 → 12h45 (195 min)

En achetant vos places pour deux demi-journées (ou plus) des rencontres Mômes & Cie (20-22 avril), vous bénéficiez du tarif préférentiel de 3 € par demi-journée et 5,50 € par projection (Boyhood, L'Esprit de la ruche et Yaaba).

Acheter un pack


195 min

Pour accompagner et prolonger l'exposition Mômes & Cie, qui propose une traversée des émotions de l'enfance, la Cinémathèque organise deux journées de rencontres et de réflexion autour des représentations de l'enfant au cinéma. La figure de l'enfant a connu, des débuts à aujourd'hui, de nombreuses mutations que des critiques, des acteurs et des réalisateurs viendront éclairer. Du Voleur de bicyclette à Pixar en passant par Les Contrebandiers de Moonfleet, Les Quatre cents coups, les films de Miyazaki, Linklater, Kiarostami, Nobuhiro Suwa, Céline Sciamma ou même Clint Eastwood, l'enjeu de ces journées est d'interroger l'aventure du plus beau et du plus complexe des âges.

  • 9h30 : Introduction et projections (extraits)
  • 10h00 : L'enfant, figure d'une modernité. Histoire d'un regard critique. Conférence de Marcos Uzal
    Même s'il y a toujours eu des personnages d'enfants au cinéma, c'est après la Seconde Guerre mondiale que ceux-ci vont prendre une importance capitale dans grand nombre de films : John dans Les Contrebandiers de Moonfleet, Bruno dans Le Voleur de bicyclette, Antoine dans Les Quatre cents coups, etc. Qu'est-ce qui change alors dans la façon dont ils sont représentés ? Et en quoi cette transformation de la place de l'enfant accompagne-t-elle l'évolution du cinéma ?
  • 11h00 : Lecture d'un texte de François Truffaut (extrait du recueil Le Plaisir des yeux) par Marcos Uzal
  • 11h15 : Les petits héritiers. Conférence de Jean-Marc Lalanne
    Dans la foulée du néoréalisme (Allemagne année zéro, Le Voleur de bicyclette), du cinéma américain crépusculaire des années 50 (Les Contrebandiers de Moonfleet, La Nuit du chasseur) et de la Nouvelle Vague, le cinéma de ces cinquante dernières années n'a cessé de reformuler cette figure-clé de l'enfant comme instance privilégiée du regard, substitut possible du metteur en scène. D'Abbas Kiarostami à Laurent Achard, de Wes Anderson à André Téchiné, de Stanley Kubrick à Jeff Nichols, petite généalogie des enfants-cinéma.
  • 12h15 : Questions du public

Marcos Uzal est critique de cinéma. Il a notamment écrit pour les revues Cinéma, Vertigo et Trafic, et actuellement pour Libération. Il a participé à l'ouvrage collectif Pour João César Monteiro (éditions Yellow Now) et codirigé un numéo de CinémAction consacré à Tod Browning. Il est directeur de la collection « Côté films » aux éditions Yellow Now, pour laquelle il a écrit un essai sur Vaudou de Jacques Tourneur.

Jean-Marc Lalanne est rédacteur en chef des Inrockuptibles et ancien rédacteur en chef des Cahiers du cinéma. Avec Philippe Azoury, il a écrit Fantômas, style moderne (éditions Yellow Now, 2002), et Cocteau et le cinéma : Désordres (Cahiers du cinéma, 2003). Avec Stéphane Bouquet il a publié un essai sur l'œuvre du cinéaste Gus Van Sant.