En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 2 mars 2017, 18h00

Cinéma Christine 21 Hors les murs

18h00 → 19h10 (66 min)
Séance présentée par Mikko Kuutti

People in the Summer Night
Ihmiset suviyössä
Valentin Vaala
Finlande / 1948 / 66 min / DCP / VOSTF

Avec Matti Oravisto, Eila Pehkonen, Martti Katajisto.

Au cours d'une nuit d'été, plusieurs personnes se disputent, meurent, tombent amoureuses et donnent naissance.

Restauré en 4K par l’Archive audiovisuelle nationale à Helsinki (KAVI) à partir du négatif caméra et du négatif son.


Ihmiset Suviyössä est adapté du roman de F. E. Sillanpää, lauréat du prix Nobel de littérature en 1939. On retrouve ses figures familières, issues du petit peuple de la Finlande rurale (petits propriétaires, servantes, métayers, flotteurs…). Comme dans beaucoup de films de Valentin Vaala, cette multiplicité des personnages, aussi pittoresques que tragiques, nourrit la narration qui, cette fois, va peu à peu se focaliser sur cette nuit d’été à la campagne autour d’une propriété familiale existant depuis trois cents ans (!). C’est d’ailleurs là aussi un motif récurrent dans la partie champêtre du cinéma de Vaala : la permanence d’une maison, d’une famille, l’apparence éternelle d’un coin de paradis jusqu’à ce que les destinées des uns et des autres soient bouleversées. Le film acquiert pratiquement une dimension mystique ou métaphysique quand la mort d’un homme est contrebalancée par une naissance quelques instants plus tard. Dès les premières images du film, on retrouve cette attention particulière de Valentin Vaala (et du chef opérateur Eino Heino) à filmer la nature (champs de blés, lacs, plaines) dans son frémissement le plus intense. Tout ce qui accroît l’impression de sensualité et de douceur d’une nuit d’été. Un baiser, un échange de regards, un rideau qui bouge à peine, le chant des hirondelles, la chaleur qui empêche parfois de dormir : le film fourmille de ces petits détails, totalement liés au récit.

Bernard Payen