En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

mercredi 1 mars 2017, 18h00

Salle Jean Epstein

18h00 → 19h25 (82 min)
Séance avec accompagnement musical

Le Village du péché
Бабы рязанские
Olga Preobrajenskaïa, Ivan Pravov
URSS / 1927 / 82 min / 35mm / INT. FR.

Avec Raisa Puzhnaya, Emma Tsesarskaya, Kuzma Yastrebitsky.

Dans le village russe de Riazan, en 1914, Anna et Ivan tombent amoureux. Mais Ivan doit partir à la guerre. Profitant de son absence, son père viole la jeune femme qui tombe enceinte.

Film également connu sous le titre Les Joyeuses commères de Riazan.
Sauvegardé par La Cinémathèque française en 2006 à partir d'une copie nitrate conservée dans les collections du CNC.


On a longtemps attribué la paternité du film à Olga Preobrajenskaïa seule – elle avait démenti et combattu cette idée maintes fois. Il s’agit pourtant de la deuxième collaboration entre Olga Preobrajenskaïa et Ivan Pravov, tous deux étudiants à l’école Goskinoskola (actuel VGIK). Le scénario du film est linéaire. C’est un mélodrame conté en deux parties, mettant en scène la vie paysanne, prédominante à cette époque. Destiné à un public rural, quelques modifications ont été apportées au scénario, notamment au niveau des dialogues qui ont été simplifiés. Le personnage de Wasilia, image de la femme « moderne », porteuse d’espoir, joue un rôle aussi important que celui d’Anna, qui incarne la femme aux mœurs plus traditionnelles. Malgré ces changements, le film n’obtient pas l’entière satisfaction de la production car l’héroïne connaît une fin tragique ; par ailleurs, le film ne montre pas de progrès possible dans le milieu rural. Le Village du péché échappe malgré tout à la censure et connaît un succès international ; il est distribué dans de nombreux pays occidentaux. À partir de 1937, il commence à disparaître du paysage cinématographique russe, tout comme les deux réalisateurs dont la carrière s’estompe avant de tomber finalement dans l’oubli. Le Village du péché sera leur plus grand succès.

Florence Fourn