En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

jeudi 2 mars 2017, 15h00

Salle Jean Epstein

15h00 → 16h55 (112 min)
Séance présentée par Tim Lanza

Julie Dash
Etats-Unis / 1992 / 112 min / DCP / VOSTF

Avec Alva Rogers, Kaycee Moore, Bahni Turpin.

Au début du XXème siècle, sur une île de la Caroline du Sud, la famille Peazant s'apprête à prendre une décision importante : renoncer à sa terre d'accueil pour immigrer vers le nord du pays.

Restauré en 2K par Cohen Film Collection avec UCLA Films and Television Archive au Modern Videofilm à partir d'un scan 4K de l'interpositif original 35 mm.


À l’origine de Daughters of the Dust, il y a une quête personnelle de ses origines qui conduit Julie Dash à se plonger dans une page d’histoire, celle de sa famille, mais aussi celle des millions d’immigrés afro-américains dont elle veut montrer une image différente de celle reproduite par Hollywood. Film engagé d’une réalisatrice militante, Daughters of the Dust voit le jour après des années de recherches et de lutte pour exister dans le paysage cinématographique américain. Dash l’envisage d’abord comme un court métrage sur la migration d’une famille afro-américaine mais ses investigations, colossales, la conduisent à un projet plus ambitieux dont elle surmontera les difficultés au prix de ténacité et de patience. Le premier scénario, achevé en 1985, après dix ans d’enquête, illustre une approche historiographique du peuple gullah autour duquel le récit est construit. Julie Dash tourne des séquences du scénario afin de trouver un financement, mais les studios hollywoodiens refusent de produire le film. Le tournage a finalement lieu en 1989 ; le film sort à l’hiver 1991. Considéré comme le premier film d’une réalisatrice noire sur les afro-américains, il remporte la même année le prix de la Cinématographie au Sundance Film Festival.

Florence Fourn