En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

dimanche 5 mars 2017, 16h00

Salle Henri Langlois

16h00 → 18h00 (116 min)

Zombie
Dawn of the Dead
George A. Romero
Etats-Unis-Italie / 1978 / 116 min / DCP / VOSTF

Avec David Emge, Ken Foree, Scott H. Reiniger.

Alors que le monde entier est envahi par les morts-vivants, quatre survivants fuient le chaos en hélicoptère et trouvent refuge dans un immense centre commercial.

Restauration du montage européen supervisée par Nicolas Winding Refn à partir de la version de distribution européenne montée en 1978 par Dario Argento. Remastérisation 4K réalisée par Koch Media en collaboration avec Norton Trust et Antonello Cuomo.


Romero’s cut, Argento’s cut, Cannes cut… Le pedigree de Zombie emprunte des voies sinueuses, autant de témoignages de ses conditions de production rocambolesques. En mal de financements, George Romero accepte l’aide de Dario Argento, à qui il cède en échange les droits d’édition et d’exploitation du film à l’étranger. Zombie connaîtra au final des dizaines de versions différentes, de durées variables, plus ou moins charcutées en fonction des comités de censure locaux. Le montage, restauré en 4K, présenté au public de Toute la mémoire du monde, est celui d’Argento, autrement appelé European cut. Plus sèche et tendue que la version originale, cette variante est magnifiée par la musique de Goblin, groupe de rock italien déjà responsable des sublimes partitions des Frissons de l’angoisse et de Suspiria, du même Argento. Les exégètes continuent aujourd’hui à se déchirer sur les qualités respectives des différents montages, les uns estimant l’European cut plus terrifiant, quand les autres défendent l’ironie abrasive de la version américaine. Invité à superviser cette restauration, puis à la présenter au Festival de Venise en 2016, Nicolas Winding Refn préféra ne pas choisir son camp : « Zombie est le seul exemple au monde d’un film avec deux auteurs ; deux visions, mais dont chacune serait un chef-d’oeuvre. » On n’aurait pas dit mieux.

Xavier Jamet