En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
À bord du Darjeeling Limited
À bord du Darjeeling Limited

samedi 4 mars 2017, 19h45

Cinéma Christine 21 Hors les murs

19h45 → 21h20 (91 min)
Séance présentée par Wes Anderson et Nicolas Saada

À bord du Darjeeling Limited
The Darjeeling Limited
Wes Anderson
Etats-Unis / 2007 / 91 min / 35mm / VOSTF

Avec Owen Wilson, Adrien Brody, Jason Schwartzman.

Trois frères qui ne se sont pas parlé depuis la mort de leur père décident de faire ensemble un grand voyage en train à travers l'Inde afin de renouer les liens d'autrefois.

À bord du Darjeeling Limited est le cinquième long métrage de Wes Anderson. Il impose l’univers fascinant et coloré du cinéaste, où décors élaborés et costumes délicats le disputent à une mise en scène dynamique et nerveuse. Les petits espaces des compartiments et le couloir exigu du train obligent à une construction méticuleuse dans un cadre réduit, le train lui-même figurant l’histoire qui avance.

Le film s’ouvre sur ce qui paraît une course poursuite. Il y a bien une course : celle entre Bill Murray et Adrien Brody, pour qui il s’agit de monter dans le train qui vient de partir. Course entre deux générations d’acteurs, seul le plus jeune parviendra à bord du Darjeeling Limited : c’est son aventure, un voyage initiatique, après l’enfance. Peter (Adrien Brody) rejoint à bord ses deux frères, Francis (Owen Wilson) et Jack (Jason Schwartzman). Ils entament ensemble un voyage « spirituel » à travers le Rajasthan dont l’objet sera, pour ces garçons en quête de sens familial, de reconstituer une fratrie décomposée et, plus matures, de réapprendre à vivre. Traiter des sujets forts (et parfois embarrassants) à la manière d’une comédie d’aventures légère et mélancolique est un art ici parfaitement maîtrisé par Wes Anderson. Le film, émouvant et sensible, à l’esthétique affirmée et à la mise en scène élégante, approche avec intelligence les difficultés des personnages à être au monde. En l’occurrence une partie du monde, l’Inde, où ils se retrouvent à la fois perdus et bouleversés.

Les trois frères trimballent une tonne de valises chics et personnalisées, dont on se demande ce qu’elles peuvent bien contenir (on les ouvre seulement pour y trouver des antidépresseurs et un gaz lacrymogène servant au cadet à tenir ses aînés à distance) et dont c’est peu de dire qu’elles encombrent. Leur mission achevée (retrouver leur mère retirée dans un monastère himalayen), les frangins, montés in extremis à bord du train du retour, contemplent leurs bagages jetés à terre, épars, comme on regarde s’éloigner un passé trop lourd, encombrant. Adultes, ils sont soulagés. Et nous, ravis.

Matthieu Grimault