En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

samedi 11 février 2017, 21h30

Salle Jean Epstein

21h30 → 23h45 (131 min)

Paon
Kong que
Gu Changwei
Chine / 2004 / 131 min / DCP / VOSTF

Avec Zhang Jingchu, Feng Li, Lu Yulai.

Dans la grisaille suivant la Révolution culturelle, deux frères et une sœur ont des rêves de bonheur trop ambitieux pour la petite ville du Henan où ils sont nés. La vie se chargera de les remettre à leur place, mais la violence du désir persiste.

Paon a reçu l'Ours d'argent de la mise en scène (Festival de Berlin).


Pour son passage à la mise en scène, le directeur de la photographie Gu Changwei, condisciple et collègue de Chen Kaige et Zhang Yimou, choisit d’illustrer le scénario complexe de Li Qiang, qui suit, au cours des années, la vie de trois jeunes gens dans une petite ville du Henan. L’histoire commence sur les désillusions de la jeune sœur, Weihong, à la fin de la Révolution culturelle, quand la mode est au héros prolétarien et la censure moralisante à son comble. À la suite d’une rencontre fortuite avec un beau parachutiste tombé du ciel, ses rêves romanesques se subliment en un désir de joindre l’armée de l’air… Son frère aîné, Weiguo, un faible d’esprit, est en butte aux quolibets et sarcasmes des gens du coin, d’autant plus qu’il tombe éperdument amoureux d’une jeune beauté. Quant au cadet, Weigiang, le plus doué, son histoire se déroule en grande partie dans le hors champ. Victime de le petitesse d’esprit ambiante alors qu’il est encore au lycée, il disparaît pour réapparaître des années plus tard, affublé d’une épouse chanteuse (et déjà mère de famille) dont il est vaguement l’imprésario.

Loin des fresques tragiques dénonçant les méfaits de la Révolution culturelle, Gu et Li ont méticuleusement composé une mosaïque toute en demi-teintes, où l’on suit, pas à pas, « comme la vie est lente, et comme l’espérance est violente », aurait dit Apollinaire. La surprise vient de ces sursauts d’énergie non canalisée, à la capacité qu’ont les personnages de s’adapter et de survivre à tout, même à leur tendance à l’auto-destruction. La découverte, ce fut celle d’un nouveau cinéaste au sommet de ses moyens, ainsi que de deux jeunes acteurs de grand talent dont le film lança la carrière – Zhang Yunchu dans le rôle de la sœur et Lu Yulai dans celui du frère cadet.

Et le paon ? Gu maintient avec finesse le suspense jusqu’au bout. Ne quittez pas la salle !

Bérénice Reynaud