En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Affiche de « Paradis perdu » (Abel Gance, 1940)

3 juin 2016

Lorsque Paradis perdu sort sur les écrans français en décembre 1940, Paris et le nord de la France sont occupés par les Allemands. Le film qui a été tourné juste avant la déclaration de guerre en 1939, prend pour sujet une autre guerre, celle de 14-18, et c'est avec un certain trouble inattendu que le public – constitué surtout de femmes, mais aussi de soldats et de permissionnaires – découvre cette œuvre d'Abel Gance. Le jeune François Truffaut se souvient de son premier choc cinématographique : « Les salles étaient pleines. Pleines de gens qui pleuraient, c'était un spectacle extraordinaire. Je n'ai jamais retrouvé au cinéma une telle émotion collective. »

1913. L'histoire est celle de Pierre Leblanc, contraint de laisser sa femme Janine, enceinte, pour se rendre sur le front. Celle-ci meurt en mettant au monde leur fille. Apprenant sa mort, l'homme est désespéré et refuse de voir la petite Jeannette à son retour de la guerre.

À l'instar de nombreux films populaires français des années 30 et 40, le film alterne les scènes de larmes et de bonheurs fugaces. En cette période trouble et tourmentée, c'est justement une scène plus enjouée qu'on a choisi de représenter sur l'affiche, à contre-courant de l'état d'esprit du mélodrame. Fleurs, champagne, danseuse en habit de corsaire, décor de goélette, gouvernail servant de cadre photo aux acteurs... Avec ses couleurs de cocarde tricolore, l'ensemble évoque surtout une fête nationale. C'est en réalité l'intérieur du cabaret que dirige Sonia Vorochine, princesse russe, jouée par Elvire Popesco, avec qui Pierre (Fernand Gravey) a refait sa vie. Le dessin les représente attablés, accompagnés de Jeannette, la fille finalement retrouvée de Pierre, interprétée par une toute jeune actrice de 18 ans, Micheline Presle. Elle est à peine connue – elle vient de tourner son premier succès Jeunes filles en détresse de G.W. Pabst – et son nom ne figure pas aux côtés des deux acteurs phares. Mais grâce à Paradis perdu et son double rôle de la femme de Pierre et de leur fille, elle devient une vedette dont le nom apparaîtra désormais en haut de l'affiche.


  • Type d'objet : Affiche de film
  • Support : Offset - Coul.
  • Pays : France
  • Format : 169 x 226 cm
  • Crédits : DR