En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Affiche française de « Griffes jaunes » (John Huston, 1942)

23 mai 2016

Troisième film de John Huston, réalisé en 1942, Across the Pacific sort en France en juillet 1945 sous le titre, plus explicite que l’original, de Griffes jaunes. Produit par Warner, studio engagé de la première heure contre le nazisme, ce film de propagande sur l’ennemi japonais est adapté d’un feuilleton de Robert Carson publié dans le Saturday Evening Post en juin 1941. Tourné quelques mois après l’attaque de Pearl Harbor et l’entrée en guerre officielle des États-Unis, le film repose sur une intrigue, qui, située au départ à Hawaï, est déplacée à Panama. Le titre initial est malgré tout conservé et mentionné sur l’affiche française.

Across the Pacific rassemble une nouvelle fois les acteurs du Faucon maltais, premier film de Huston : Humphrey Bogart, Mary Astor, Sydney Greenstreet et Peter Lorre qui y fait une fugace apparition. Aucun acteur de ce succès n’est pourtant représenté sur l’affiche d’époque de Griffes jaunes, à la différence de l’américaine où le couple est à l’honneur. Le Faucon ne sortira en effet sur les écrans français qu’un an après Griffes jaunes… D’où sans doute cette affiche française à la forme atypique, privilégiant la lettre avec des accroches qui garantissent de l’action et organisée autour du titre féroce qui envahit tout le visuel, s’étendant même au-delà pour le rendre plus imposant. Cette lithographie 3 couleurs à dominante jaune, nouvelle référence appuyée au titre français, a été imprimée en 160 x 120 cm, format déjà le plus courant en France. Elle fait explicitement la promotion de la version originale sous-titrée, un élément rarement précisé sur ce type de document.

Enrôlé comme commandant documentariste dans l’armée américaine, John Huston devra abandonner le film avant la fin du tournage, laissant la main à Vincent Sherman, réalisateur non crédité qui vient d’achever Échec à la Gestapo (All Through the Night) avec le même Bogart. « Comme je savais que j’allais être mobilisé, je m’arrangeai pour quitter le film en laissant Bogart dans une situation inextricable, cerné par des centaines d’ennemis, menacé par des mitraillettes… Et Vince Sherman s’est cassé la tête pour sortir Bogart du pétrin. C’était absolument impossible… Tous les critiques ont dit que la fin était nettement moins bonne que le reste du film. Je n’ai pas osé revenir avant quatre ans ! »


  • Type d'objet : Affiche de film
  • Support : Lithographie
  • Année : 1945
  • Pays : France
  • Format : 160 x 120 cm
  • Crédits : Droits réservés