En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Photographie de tournage dédicacée de « La Symphonie nuptiale » (Erich von Stroheim, 1926)

13 février 2019

Sur un plateau de La Symphonie nuptiale, Erich von Stroheim félicite les futurs mariés, Hal Mohr, son chef cameraman et sa fiancée, Claire Del Mar, qui joue un second rôle dans le film. Avec ce cliché destiné à la presse, la Paramount Famous Lasky Corporation fait la publicité du mariage, présenté comme l’un des plus inédits de l’histoire du cinéma, et annonce sa célébration dans les décors du studio reconstituant l’intérieur de la Cathédrale Saint-Étienne de Vienne. M. et Mme von Stroheim doivent respectivement officier en tant que témoin et demoiselle d’honneur de l’union prévue au cours du mois d’août – avant que l’équipe ne se rende au Mont Withney poursuivre le tournage débuté en juin 1926 et interrompu fin janvier 1927. Le couple se retrouve encore pendant la réalisation du premier « talkie », Le Chanteur de Jazz (Alan Crosland, 1927). Mais leur grandiose mariage se soldera par un divorce (en 1929 ou 1931 selon les sources), avant que Mohr n’épouse une autre actrice, Evelyn Venable à laquelle il restera uni jusqu’à sa mort.

Oscarisé pour le sublime Songe d’une nuit d’été de William Dieterle et Max Reinhardt (1935) puis pour Le Fantôme de l’Opéra d’Universal (1943) en Technicolor, Hal Mohr œuvrait déjà au temps de l’expressionnisme et jouait de la profondeur de champ avant Gregg Toland. Il a signé entre autres l’image des Verts pâturages (1936) ou du Underworld U.S.A. de Fuller (1961). Au fil d’une filmographie imposante, il a éclairé Errol Flynn dans Capitaine Blood (1935), Marlene Dietrich dans Femme ou démon (1939) et L’Ange des maudits (1952), ou Marlon Brando dans L’Équipée sauvage (1953). Plusieurs fois président de l’ASC (American Society of Cinematographers), des années 30 aux années 70, Hal Mohr sera l’un des rares directeurs de la photographie à avoir son étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

Avec une poignée de petits rôles non crédités, la future mariée connaîtra un destin tragique, digne du Hollywood Babylone de Kenneth Anger. Retour sordide sur le devant de la scène dans la nuit du 10 janvier 1959, à l’âge de 57 ans : le corps mutilé de Claire Del Mar, vêtue d’un déshabillé rouge, est retrouvé dans la maison qu’elle partageait avec sa mère en Californie. Poignardée 12 fois avec un couteau à steak après avoir été agressée sexuellement, l’ancienne starlette du muet est reconnue grâce aux photos présentes dans sa chambre, dont une scène de tango avec Rudolph Valentino dans Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse (1921). L’enquête non résolue connaît un rebondissement inattendu en 1991. Une victime d’amnésie traumatique, âgée de deux ans à l’époque des faits, apporte un nouveau témoignage suite à une thérapie et accuse le frère de l’actrice et son épouse. L’affaire reste ouverte…

Conservée dans nos collections, cette photographie datée de 1926 a été « cordialement » signée par Erich von Stroheim le 13 janvier 1937 et a fait le voyage Hollywood-Paris au cours de la décennie. Une note le précise au dos, c’était aux studios de la rue Francœur, lors du tournage de Marthe Richard au service de la France (Raymond Bernard, 1937), dans lequel le cinéaste exilé fait l’acteur. Le cliché garde aussi sa part de mystère, avec une autre dédicace adressée à un certain Oscar Cornaz, cité comme « un merveilleux ami » de Claire Mohr, assistant-réalisateur et acteur sur L’Inondation (Louis Delluc, 1923), dont les parcours se sont croisés ici ou là.


  • Type d'objet : Photographie de tournage
  • Support : Tirage argentique
  • Auteur : Anonyme
  • Année : 1926
  • Pays : États-Unis
  • Format : 21 x 26 cm
  • Crédits : Droits réservés