En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Croquis de Françoise Fabian par Alexandre Hinkis

30 mai 2018

Ce curieux portrait est bien celui de Françoise Fabian, croquée par l’artiste russe Alexandre Hinkis et conservé dans les collections de la Cinémathèque. Élève de Fernand Léger installé en France dans les années 30, ce peintre précoce devient, après-guerre, décorateur pour le cinéma et écume les plateaux de tournage qu’il immortalise avec ses croquis.

Son dessin à l’encre a probablement été exécuté en 1960, lors du tournage de La Brune que voilà, écrit, réalisé et interprété par Robert Lamoureux (qui adaptera à nouveau sa pièce pour Michel Leeb sous le nom du Tombeur). Un autre croquis issu du même carnet et mentionnant le film, montre encore Françoise Fabian face à l’acteur-réalisateur, en pleine prise de vue. Mêmes yeux de biche et chignon choucroute pour l’actrice qui tient ici le premier rôle féminin, devant Michèle Mercier et Perrette Pradier.

Alexandre Hinkis produit un nombre impressionnant de ce type d’instantanés crayonnés sur le vif au fil de tournages sur lesquels il n’exerce pas forcément. Réalisateurs, acteurs et techniciens de tous bords sont fixés sur papier, comme autant d’illustrations compulsives des étapes de la réalisation d’un film. Ses esquisses sont régulièrement publiés dans la revue Le Technicien du film de 1954 à 1962, avant que le chef décorateur ne commence à travailler pour la télévision où il œuvre jusqu’en 1978.

En 1982, Hinkis confie plus de 400 dessins à la Cinémathèque, parmi lesquels des maquettes de décors et de nombreux portraits représentant Micheline Presle, Jeanne Moreau, Marina Vlady, Annie Girardot, Alice Sapritch, Claude Dauphin, Henri Decoin, Louis Daquin, Pierre Chenal, Christian-Jaque, Claude Autant-Lara, Jacques Deray, René Vautier ou encore Georges Sadoul. Cet ensemble en noir et blanc tranche avec l’univers coloré des toiles du peintre, adepte d’un « métaclassicisme » dont il revendique l’appellation.

Le fonds Alexandre Hinkis est entièrement numérisé et consultable à la Bibliothèque du film.


  • Type d'objet : Portrait à l'encre
  • Support : Papier
  • Auteur : Alexandre Hinkis
  • Année : c. 1960
  • Pays : France
  • Format : 42 x 27 cm
  • Crédits : © Alexandre Hinkis