En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Photographie de tournage de « Comment voler un million de dollars » (William Wyler, 1965)

6 avril 2018

Toute la photogénie d’Audrey Hepburn, éclatante sous l’œil du photographe Vincent Rossell pendant le tournage de How to Steal a Million en 1965. Coiffée par Alexandre de Paris, coiffeur de stars qui crée pour elle cette coupe baptisée « Infante '66 », l’actrice porte un ensemble cocktail gaufré vert jade, signé de son couturier attitré Givenchy. Les pendentifs sont prêtés par la maison Cartier, créditée au générique pour les bijoux de « Miss Hepburn ». En couleurs DeLuxe, cette comédie romantique en forme de film de casse est son sixième film situé à Paris, après Sabrina (1954), Ariane (1957), Drôle de frimousse (1957), Charade (1963) et Deux têtes folles (1964). Audrey Hepburn est impeccable dans la peau de Nicole Bonnet, Parisienne iconique. Fille et petite-fille de faussaires, elle entreprend de voler une fausse Vénus de Cellini exposée dans un musée pour que son père ne soit pas démasqué lors d’une expertise à venir.

La mise au point sur le profil de la star dans l’intimité d’un cadrage en gros plan laisse dans l’ombre ses partenaires. Au second plan, Eli Wallach – qui tournera l’année suivante Le Bon, la brute et le truand – n’a d’yeux que pour elle. À moins que ce ne soit son personnage de millionnaire américain collectionneur d’art, Davis Leland, finalement plus amoureux de la statuette du maître de la Renaissance que de Nicole. Dans le rôle du père, Hugh Griffith – acteur gallois familier des personnages truculents – est éclipsé dans le flou du dernier plan, se distinguant grâce à sa pilosité prononcée. Le Ben-Hur de Wyler lui avait déjà valu l’Oscar 1960 du meilleur acteur dans un second rôle.

Le cliché a été pris dans le hall de la demeure des Bonnet. C’est un hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine qui sert de décor, plusieurs fois exploité dans le film. Le chef décorateur Alexandre Trauner aurait jeté son dévolu sur le bâtiment sans savoir qu’il avait été conçu par Charles Garnier. Situé entre l’avenue de la Porte de Villiers et la rue Parmentier, il a depuis été démoli.

Photographe de plateau sur près de 100 films, Vincent Rossell immortalise une scène non retenue où le magnat collectionneur vient chercher Nicole chez elle. On les verra dans les mêmes vêtements lors de leur dîner chez Maxim’s. Également photoreporter, Rossell a confié à la Cinémathèque pas moins de 659 photographies prises sur le tournage de Comment voler un million de dollars.


  • Type d'objet : Photographie de tournage
  • Support : Négatif
  • Auteur : Vincent Rossell
  • Année : 1965
  • Pays : États-Unis - France
  • Format : 2,40 x 3,60 cm (format d'origine)
  • Crédits : © Vincent Rossell