En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
L'écran total : histoire du Panrama et autres concepts immersifs

L'écran total : histoire du Panrama et autres concepts immersifs
Conférence d'Hubert Corbin, John Felton, Frédéric Jaulmes, Simon Jaulmes et Laurent Mannoni

Breveté en 1958 par l'architecte Philippe Jaulmes, le Panrama, premier procédé de projection sur écran hémisphérique, repose sur les principes de l'anamorphose sphérique et de la perspective curviligne. Il est présenté à Bruxelles en 1958, à l'Exposition universelle de Montréal en 1967, et à Clapiers, près de Montpellier, en décembre 1969, dans une salle de 50 places spécialement construite avec un écran de 12 m de diamètre (environ 180 m2). Ce bâtiment insolite, fermé depuis le début des années 2000, est aujourd'hui inscrit au titre des monuments historiques. En 1981, 35, rue de la Gaîté à Paris, s'ouvre une salle de 235 places équipée d'une coupole hémisphérique de 17 mètres de diamètre (350 m2 de surface) inclinée à 30°. Le Panrama est alors exploité par les Ateliers du cinéma total, rassemblant Philippe Jaulmes et plusieurs techniciens à Montpellier. À la prise de vues, la sphéricité des images s'obtient avec un objectif fisheye (de très courte focale) spécialement conçu et monté sur une caméra Mitchell VistaVision (35 mm à défilement horizontal et à huit perforations par image). Le projecteur à défilement horizontal, équipé d'un objectif semblable, est placé sous les gradins de la salle, et envoie vers le haut les images sur la sphère aluminée. Le spectateur est situé au centre de l'image, environné de toute part ; il en résulte des sensations d'espace totalement inédites : « Nous voici de plain-pied au coeur d'un des sujets qui n'a cessé de me harceler depuis un demi-siècle : l'œil en liberté du Cinéma », écrit Abel Gance. Concurrencé par l'Omnimax (1973) et par l'Iwerksphere 870 (1989), le Panrama, malgré son peu de diffusion, constitue une expérience singulière, source de nouvelles théories et formes esthétiques.

Cette conférence retracera l'expérience du Panrama, tout en remontant aux origines du cinéma. Des appareils originaux seront montrés et une réduction du Panrama en fonctionnement permettra aux spectateurs d'apprécier les qualités de ce spectacle étonnant.


Hubert Corbin a accompagné depuis 1971 le développement du procédé Panrama aux côtés de son inventeur, l'architecte Philippe Jaulmes. Il a organisé le Festival international du film abstrait de Montpellier (1972-1980) et travaillé pour le Festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier de 1984 à 2013.

John Felton est diplômé en art et communication, photographie, cinéma, du College d'Antioch, Ohio. Il a travaillé à partir de 1978 avec Philippe Jaulmes pour les Ateliers du cinéma total et le Panrama, tout en poursuivant son travail en photographie et art contemporain (Fonds régional d'art contemporain, expositions en Allemagne, Paris, Arles, Montpellier, etc.).

Frédéric Jaulmes, diplômé de l'Esra Paris, est photographe et opérateur de prises de vues. Il est le concepteur du Pantocam (grue mécanique à tête fluide déportée). Il a participé au développement du Panrama et réalisé une coupole-écran de 4 mètres de diamètre transportable (moins de 35 kg), équipée pour la projection Panrama numérique 4K.

Simon Jaulmes est graphiste multimédia. Avec sa structure Studio Fish à Montpellier, il participe à de nombreux tournages (clips, web TV, effets spéciaux, etc.). Très impliqué dans l'évolution numérique du Panrama, il a coréalisé en 2014 un court métrage de fiction de 9 minutes, Switch, avec ce procédé.

Laurent Mannoni est directeur scientifique du patrimoine de la Cinémathèque française, directeur du Conservatoire des techniques cinématographiques et commissaire d'exposition. Il est l'auteur de nombreuses contributions sur les débuts du cinéma. En 2006, il a publié une Histoire de la Cinémathèque française (Gallimard).