Les nouveaux films de Jafar Panahi et Mahammad Rasoulof au Festival de Cannes

 

 

Jafar Panahi et Mohammad Rasoulof, actuellement sous le coup d'une procédure judiciaire en Iran qui leur vaut une condamnation à six ans de prison et une interdiction de travailler de vingt ans envers laquelle ils ont fait appel, seront présents à Cannes avec deux films réalisés dans des conditions semi-clandestines et parvenus au festival ces derniers jours. 

"Le fait d'être en vie et le rêve de garder le cinéma iranien intact nous encourage à dépasser les restrictions actuelles qui nous sont faites" a déclaré Jafar Panahi dans un message adressé au festival le 5 mai.

"Le film de Mohammad Rasoulof et les conditions dans lesquelles il a été fait, et ce journal de bord de Jafar Panahi des jours de sa vie d'artiste interdit de travailler, sont par leur existence même une résistance à la condamnation qui les frappe. Qu'ils les adressent à Cannes, en même temps, la même année, alors qu'ils connaissent le même sort, est un acte de courage en même temps qu'un merveilleux message artistique. Cannes est l'institution internationale qui les protège et les professionnels du cinéma venant du monde entier et réunis sur la Croisette s'uniront, nous en sommes sûrs, en une sorte de communauté fraternelle allant de soi", déclarent Gilles Jacob et Thierry Frémaux. 

"Nos problèmes sont nos fortunes, dit aussi Jafar Panahi dans son message. La compréhension de ce paradoxe prometteur nous invite à ne pas perdre l'espoir et à poursuivre notre chemin. Les problèmes plus ou moins sérieux persistent partout dans le monde ; cependant, notre devoir nous incite à ne point céder et à chercher des solutions."

Une conférence de presse a eu lieu jeudi 19 mai en présence de Mojtaba Mirtahmasb, co-réalisateur du film de Jafar Panahi.

Lire le billet du blog de Serge Toubiana.

 

Ceci n'est pas un film
(In film nist)
de Mojtaba Mirtahmasb et Jafar Panahi
Iran / 2011 / 1h15
Un jour de la vie de Jafar Panahi, avant la fête du Nouvel An iranien (Norouz).
Présenté en séance spéciale le vendredi 20 mai.

Lire la critique du film dans Libération / Next.

Découvrez ici la bande-annonce du film.

Au revoir
de Mohammad Rasoulof
Iran / 2011 / 1h44
Avec Leyla Zareh, Fershteh Saderorafai
Dans la situation sombre de l'Iran d'aujourd'hui, une jeune femme avocate à qui on a retiré sa licence de travail, est enceinte de quelques mois. Elle vit seul car son mari journaliste est entré dans la clandestinité. Elle décide alors d'avorter, et de quitter le pays mais sans l'autorisation de son mari, aucun hôpital ne veut assurer cette opération. Jusqu'au jour où...
Sélectionné dans la section "Un certain regard" et projeté le samedi 14 mai.

Lire la critique du film dans sur lemonde.fr.

Dons de soutien

Pour soutenir les actions en faveur de Jafar Panahi et Mohammad Rasoulov, vous pouvez adresser vos dons à :

SACD - Les Amis de Jafar Panahi
11 bis, rue Ballu -  75009 Paris

A l’ordre de " SACD – Les Amis de Jafar Panahi"