Toute la mémoire du monde
Du 3 au 8 décembre 2013

Toute la mémoire du monde 2013

À découvrir lors de cette 2e édition : une carte blanche à William Friedkin, invité d'honneur du festival, une programmation Raj Kapoor, l'un des plus grands maîtres de l'Âge d'or du cinéma indien, une section sur les Couleurs du cinéma muet, un hommage à la Cinémathèque de Bologne et de nombreuses restaurations.

Carte blanche à William Friedkin

Toute la mémoire du monde convie un grand cinéaste au cœur de la manifestation. À l'occasion de la restauration, par la Warner, de son film Sorcerer, remake exacerbé du Salaire de la peur de Henri-Georges Clouzot, William Friedkin nous fait le plaisir d'être parmi nous pour une carte blanche de cinq films, parmi lesquels Le Samouraï de Jean-Pierre Melville (restauré par Pathé). Il précisera pour le public les contours d'une œuvre résolument moderne, volontiers glacée et violente – celle d'un cinéaste qui n'aura cessé d'insuffler de l'intranquillité, de brouiller les frontières entre le bien et le mal en alliant précision documentaire et visions hallucinées.

Restaurations et incunables

Dans cette section, l'éclectisme est à nouveau de mise cette année. Nous présentons le résultat de deux années de travaux menés par Why Not Productions, avec le concours de la directrice de la photographie Caroline Champetier, pour restaurer numériquement Shoah de Claude Lanzmann, à partir du négatif original 16 mm. Cette folle et radicale entreprise mémorielle qu'est Shoah avait évidemment toute sa place dans Toute la mémoire du monde. Autre projet hors normes, la restauration du premier film à épisodes de Louis Feuillade, Fantômas, entreprise par Gaumont Pathé Archives dans le but de préciser le récit en reprenant les intertitres. Une « Nuit Fantômas » rendra hommage au vénéneux « génie du mal ». Nous montrerons aussi le premier opus en couleurs de Yasujiro Ozu, Fleurs d'équinoxe. Immersion dépouillée au sein de la cellule familiale, le film livre une réflexion subtile et distancée sur le bonheur et l'impermanence des choses. En clôture, La Cinémathèque française présentera la reconstruction d'une production de la Triangle, un fonds de La Cinémathèque apprécié par Henri Langlois. The Half Breed d'Allan Dwan est un précoce plaidoyer pour la tolérance envers les Indiens. Il constitue une superbe immersion dans une nature américaine à la fois sensuelle et menaçante.

Hommage à la Cineteca di Bologna

Née il y a cinquante ans, la Cineteca di Bologna s'est hissée au rang des plus grandes archives internationales. Depuis les années 1980, elle réalise un extraordinaire travail de collecte du cinéma italien, celui des premiers temps ou celui des 'dive' (les erratiques actrices Lyda Borelli, Francesca Bertini ou Pina Menichelli). Elle fut pionnière dans le domaine de la restauration en forgeant, dans les années 1990, les bases d'une réflexion théorique, ainsi qu'en fondant une école qui forma une génération de techniciens spécialisés dans le traitement en laboratoire des films anciens. Ces enthousiastes fondèrent vite le laboratoire de l'Immagine Ritrovata, aujourd'hui en pointe dans la restauration argentique et numérique. Son festival annuel, Il Cinema Ritrovato, aura ouvert la voie à bien d'autres. Récemment, la Cineteca s'est employée à restaurer l'œuvre de Luciano Emmer, Vittorio De Seta, Elio Petri ou encore Roberto Rossellini.

Les couleurs du cinéma muet

Peinture, pochoirs, teintages, virages ou encore séquences en Technicolor font partie intégrante du cinéma muet. Pourtant, la couleur est longtemps restée occultée du fait notamment des duplications en noir et blanc des archives qui sauvent dans l'urgence le contenu narratif des œuvres. Depuis une vingtaine d'années, ces mêmes archives ont travaillé à revenir aux nitrates originaux et à mettre au point des techniques de reproductions adaptées. Ce programme se donne pour ambition de donner à voir de nombreux procédés, certains désormais bien connus, d'autres beaucoup moins tels le Biocolor des pionniers William et Claude Friese-Greene, ou le procédé Handschiegl mis au point par l'opérateur de Cecil B. DeMille. Très peu d'originaux en Handschiegl subsistent du fait du coût du procédé et de l'acidité de ses teintures. Plusieurs projections donneront lieu à des accompagnements exceptionnels à l'orgue de cinéma : Wings de William Wellman et The Wedding March d'Erich Von Stroheim. L'instrument connaît une vogue, notamment dans les pays anglo-saxons, au cours des années 1910 et 20. Le public s'éprend de sa richesse sonore et de sa formidable faculté à bruiter les films – coups de feu, vaisselle cassée, moteurs d'automobiles...

Raj Kapoor, le showman

À l'occasion du Centenaire du cinéma indien, nous rendons hommage à Raj Kapoor, avec le concours de l'Ambassade de l'Inde. À Bombay, Raj Kapoor fut l'un des géants du cinéma hindi à la période de l'Indépendance. Formé au sein du célèbre studio Bombay Talkies, fils d'un très grand acteur de théâtre indien, Prithviraj Kapoor, Raj Kapoor, comme d'autres acteurs à succès de sa génération, fonda son propre studio en 1947, à l'âge de 23 ans. Dans les années 1940 et 50, il réalise quatre films qui renouvellent en profondeur le cinéma hindi. Ses œuvres reprennent à leur compte les conventions de l'époque : chants, danses, durée hors norme et goût prononcé pour le mélodrame. Mais le cinéma de Kapoor cherche du côté des néo-réalistes, d'Orson Welles ou de Frank Capra, et parvient à fondre les formes de façon virtuose. Avec Awaara (Le Vagabond), Kapoor invente un personnage inspiré de Charlot. Il personnifie l'Inde des marginaux et les difficultés traversées par le pays. Le film connaîtra un immense succès.




|
Les projections Calendrier des projections Présentation du cycle


Toutes les rencontres en vidéo

Lire le compte-rendu des rencontres de l'édition 2013

Téléchargez le programme détaillé

Téléchargez le catalogue

Dossier de presse - Press kit (in English)

Spécial Libre Pass

Soirée d’ouverture - mardi 3 décembre à 20h
Le convoi de la peur (Sorcerer) de et en présence de Friedkin
Places pour les abonnés Libre Pass uniquement sur réservation à partir du 27 novembre.

Pour réserver, cliquez ici >

 

Tarif préférentiel Libre Pass à 5€ :

Master Class Friedkin - Mercredi 4 décembre à 19h30

Nuit Fantomas de Louis Feuillade
Accompagnement à l'orgue par Touve R. Ratovondrahety. - Samedi 7 décembre à minuit

Ciné concert Le Metis de Allan Dwan
Accompagnement Louis Sclavis et Benjamin Moussay
- Dimanche 8 décembre à

. Autres séances du Festival, accès aux conditions habituelles

. Catalogue du Festival offert sur présentation de votre Libre Pass à partir du 3 décembre.

EN IMAGES

Soirée d'ouverture du Festival en présence de William Friedkin,
invité d'honneur
Projection de la version restaurée de Sorcerer

Découvrez le diaporama

  

 

 Bilan du Festival : téléchargez le PDF 

Hors les murs

L’Agence pour le Développement Régional du Cinéma (ADRC) et l’Association Française des Cinémas d’Art et d’Essai (AFCAE) s’associent à la 2ème édition du Festival international Toute la Mémoire du Monde. À cette occasion Fleurs d’équinoxe de Yasujiro Ozu, La propriété, c’est plus le vol d’Elio Petri et Sueurs Froides d’Alfred Hitchcock, seront projetés « hors les murs » dans 10 cinémas Art et Essai en France.

 Téléchargez le programme en PDF

Partenaires & Remerciements

Avec le soutien de l'ambassade de l'Inde à Paris

Soutien des hôtels Claret, Ibis Styles Bercy, Novotel Paris Bercy et la société Euro Jet Set

 

Remerciements : ADRC, AFCAE, Peter Agoos, Ambassade de l'Inde à Paris, Les Archives Françaises du Film, BFI National Film Archive, Carlotta Films, Cinémathèque Royale de Belgique, Cinémathèque Suisse, Catherine Cormon, FIAF, Fondazione Cineteca di Bologna, Gaumont, Gaumont Pathé Archives, Oliver Hanley, Inclinaisons, Laboratoire Arane, Eric Lange, Les Films d'Ici, William Friedkin, Marcia Franklin, Jacques Malthête, Paramount USA, Pathé Distribution, Jikta de Préval, Rouge Productions, San Francisco Silent Film Festival, Studio Allen, Tamasa, Théâtre du Temple, Warner Bros. USA, Why Not Productions.