Catalogue des appareils cinématographiques de la Cinémathèque française et du CNC

Accueil > Collection > Caméra film 65 mm

Caméra film 65 mm

N° Inventaire : AP-17-3117

Collection : La Cinémathèque française

Catégorie d'appareil : Prise de vues cinématographiques

Nom du modèle : caméra Audibert quadrichrome

Numéro de fabrication : n° 1

Lieu de fabrication : Paris, France

Année de fabrication : 1924

Brevet : Rodolphe Berthon et Maurice Audibert, BF n° 434 002, 11 novembre 1910, "Dispositif de prise de vues et de projections cinémat... +

Fiche détaillée

Type de l'appareil

entraînement du film 65 mm trichrome par deux griffes ; came triangulaire ; disque à rainure ; un débiteur denté ; obturateur deux pales réglables ; couloir réglable en largeur avec emplacement pour quatre ou trois images ; compteur de mètre ; manivelle ; poinçon ; un magasin

Auteurs

Audibert Maurice
Villeurbanne, 7 rue Victor-Hugo

Fabricants

Etablissements Pierre Victor Continsouza
Paris, 9 rue des Envierges

Utilisateurs

Audibert Maurice
Villeurbanne, 7 rue Victor-Hugo

Distributeurs

Informations non disponibles

Sujet du modèle

Informations non disponibles

Objectif

non d'origine

Taille de l'objet

Ouvert :
Informations non disponibles

Fermé :
Longueur : 38 cm
Largeur : 28.5 cm
Hauteur : 66.5 cm

Diamètre :
Informations non disponibles

Taille de la boîte de transport

Informations non disponibles

Remarques

Prototype de caméra 65 mm trichrome construit par Continsouza pour Maurice Audibert (version agrandie de la caméra professionnelle Pathé 35 mm). Des films 65 mm trichrome de Maurice Audibert sont conservés dans les collections de la Cinémathèque française.

"En 1909, Maurice Audibert s'associe avec Rodolphe Berthon dont il reprend et développe les procédés. En 1908, l'entreprise Keller-Dorian graveurs et Rodolphe Berthon avaient breveté une pellicule noir et blanc dont la face sensible était gaufrée en réseau de lentilles microscopiques. Chaque lentille fonctionnait comme un objectif indépendant et recevait l'image filtrée en amont par une trame à éléments trichromes. Les films à surface gaufrée se révélèrent peu lumineux et furent abandonnés au profit des spécifications du brevet Berthon-Audibert. La base de ce procédé était d'obtenir simultanément trois images, chacune ayant été filtrée bleu, vert et rouge. Les premièers essais furent réalisés avec une caméra 35 mm des frères Lumière. 1913 : devant les bons résultats obtenus, Maurice Audibert investit en matériel professionnel afin de développer le procédé trichrome. 1924 : au cours de cette phase de recherches, les essais ont lieu avec le film de format 65 mm en vue d'obtenir des images élémentaires plus grandes. Inconvénient : les films 65 mm nécessitent des appareils spéciaux, peu faciles à commercialiser malgré l'appui des constructeurs. 1925 : la superposition des trois images sur un écran situé à plusieurs mètres présente une difficulté importante. Si les couleurs sont parfaitement rendues, la dilatation du film, les variations de température et d'hygrométrie, provoquent de très légers glissements des images. D'où une projection un peu floue où les couleurs fondamentales apparaissent en franges aux bords de l'écran. Un dispositif breveté en 1925 par Maurice Audibert permettait à l'opérateur de réaligner les images en cours de projection. Maurice Audibert décède le 21 juillet 1931. Joseph, l'un de ses fils, poursuivit les recherches jusqu'en 1937. Une suite de brevets résume sa contribution : 1) La prise de vue s'effectue sur le film de 65 mm (on obtient donc trois images négatives en trichromie). 2) Ensuite sur un film 35 mm on reporte en trois passages dans chacune des trois couleurs bleu, rouge et vert, les images préalablement développées et teintées" (Michel Audibert, "Maurice Audibert et la trichromie", 2016).