Catalogue des appareils cinématographiques de la Cinémathèque française et du CNC

Accueil > Collection

 Les recherches du XIXe siècle sur l’inscription du son et de la parole ont engendré des appareils extrêmement importants : vibroscope de Duhamel, phonautographe de Scott, phonographe d’Edison, analyseur de Koenig, phonoscope de Demenÿ, qui ont marqué profondément l’histoire de l...

 Les recherches du XIXe siècle sur l’inscription du son et de la parole ont engendré des appareils extrêmement importants : vibroscope de Duhamel, phonautographe de Scott, phonographe d’Edison, analyseur de Koenig, phonoscope de Demenÿ, qui ont marqué profondément l’histoire de l’acoustique et de la phonétique mais aussi de la méthode graphique et de la cinématographie.

Thomas Edison, en 1878, met au point son phonographe ; en 1895, il propose un kinetoscope sonore, auquel il a adjoint un phonographe à cylindre (l’appareil sera baptisé « kinetophone »). Le cinéma à peine né devient sonore, grâce notamment aux recherches d’Auguste Baron, Eugène Lauste et Léon Gaumont. Le luxueux chronomégaphone à air comprimé de Gaumont (1912) est un appareil à deux plateaux pour disques et deux pavillons, permettant de diffuser en synchronisme sons et images dans une grande salle de projection.

Les débuts du cinéma sonore à la fin des années 1920 se distinguent par une grande audace technologique : haut-parleurs, amplificateurs, microphones, enregistreurs, les progrès sont énormes. Les outils mis en place notamment par la Western Electric pour le Vitaphone sont extraordinaires : la pièce la plus remarquable reste probablement l’énorme haut-parleur Vitaphone de 1927 équipé de deux moteurs à chambre de compression, les célèbres Western Electric 555W Receiver. Le brevet de ce grand pavillon en bois est déposé aux Etats-Unis le 4 août 1926, soit deux jours avant la première de Don Juan au Warner Theater à New York où ce nouveau type de haut-parleur fut utilisé pour la première fois.

Les procédés d’enregistrement évoluent rapidement : du cylindre on est passé au disque, au fil d’acier, au ruban magnétique, au film 35 mm… La collection comprend aussi du matériel Tobis Klangfilm, RCA, Perspecta Sound, Dolby, Altec, et un ensemble de magnétophones, dont les célèbres Nagra de Kudelski.

Lire la suite Refermer

5 appareils

Trier par : Date d'ajout | Date de fabrication | Nom

Enregistreur de son sur film 35 mm - AP-01-2254(1/2)

Fabricants : Klangfilm G.M.B.H.

Année de fabrication : 1939

enregistreur de son sur pellicule 35 mm en caisse (1) ; un débiteur denté ; deux chargeurs débiteur et récepteur intérieurs pour 300 m. de film ; bloc optique ; régulateur pour la lampe-son ; cardan indicateur de courant pour la lampe-son ; interrupteurs ; prise pour la batterie, l'amplificateur, le courant triphasé ; compteur de métrage ; console de contrôle de son (2) avec lampes amplificatrices, transformateurs, boutons de réglage

Haut-parleur - CNC-AP-14-1177

Fabricants : Klangfilm G.M.B.H.

Année de fabrication : 1933

haut-parleur à deux voies Klangfilm ; 10 watts de puissance ; haut-parleur de basses fréquences à excitation ; pavillon recourbé pour hautes fréquences ; moteur à rubans pour hautes fréquences à excitation ; filtre de séparation HF/BF

Haut-parleur - CNC-AP-15-1213

Fabricants : Klangfilm G.M.B.H.

Année de fabrication : 1937

haut-parleur électro-dynamique à excitation 250 volts en caisse avec lampe Klangfilm 75 301 ; condensateur à huile ; bobine 15 Ohms ; valve biplaque 4 filaments à chauffage direct pour redresser l'alimentation ; sélecteur de tension ; transformateur

Haut-parleur - CNC-AP-17-1277

Fabricants : Klangfilm G.M.B.H.

Année de fabrication : 1935

haut-parleur Klang-film contenu dans une caisse de transport en bois gaîné de cuir noir

Amplificateur de son - CNC-AP-17-1278

Fabricants : Klangfilm G.M.B.H.

Année de fabrication : 1935

amplificateur de son à lampes contenu dans une caisse de transport en bois gaîné de cuir noir ; deux cadrans à aiguille pour mesures d'ampères