Cinéma français et chansons

« Ce sont les chansons de films, aux rythmes entraînants, les airs faciles et légers que nous avons fredonnés cet été, l'an dernier. Pourquoi ces airs connurent-ils une telle vogue, vous l'êtes-vous jamais demandé ? Il est inouï de penser qu'il suffit à un musicien d'écrire une cinquantaine de mesures pour devenir célèbre, pour faire la fortune d'un film et peut-être aussi celle de deux ou trois personnes. Il arrive même que le compositeur gagne avec une centaine de noires et de croches, quelques milliers de francs, qu'une firme phonographique vend deux cent mille disques de la chanson et que l'heureux artiste qui l'a enregistrée peut s'offrir une Hispano avec le seul produit de ce qu'on appelle les "droits mécaniques" (...)

Histoire de chanter de Gilles Grangier(1946)
avec Luis Mariano
affiche de Roger Rojac

Evidemment il y a des données générales. Pour qu'une chanson "prenne", pour qu'elle "parte", elle doit être populaire, c'est-à-dire simple, bien venue, claire. Elle doit se retenir facilement. Surtout, la chanson doit réaliser cet intime accord des paroles et de la musique, donner absolue satisfaction à l'instinct rythmique de la masse, elle doit "couler", frapper, charmer... » (Musique et cinéma : comment naissent les chansons de films / Raymond Berner, in : Cinémonde n°269, 14 décembre 1933)

Partition d'une chanson
du film La goualeuse de Fernand Rivers (1938)
avec Lys Gauty

En résonance avec la rétrospective Cinéma français et chansons, la Bibliothèque du Film vous propose une petite balade à travers une sélection de documents consacrés aux chansons dans le cinéma français des années 30 à nos jours. D’abord aimable intermède, grâce aux personnalités des comédiens chanteurs, la chanson va s’imposer comme une incarnation de l’air du temps, un véritable élément du film et de son histoire :

Suzy Delair et son Tralala, les chansons de Pépé le Moko, la ligne de chance d’Anna Karina… Retrouvez tous ces airs populaires et leurs interprètes dans les revues, photos, affiches et documents d’époque comme ces petites partitions éditées et vendues au tout-venant, offrant la possibilité à chacun de prolonger le plaisir du film en interprétant soi-même la chanson.

 

 

 

Brigitte Bardot et Jeanne Moreau chantent
dans Viva Maria ! de Louis Malle (1965)

Voir aussi :
- Le monde enchanté de Jacques Demy : l'exposition
- Conférence "L'histoire en-chanté du cinéma français" - Lundi 29 avril 2013
- La chanson du film - un site du Hall de la Chanson

Consulter Ciné-ressources, le catalogue des collections

Ciné-Ressources est constitué d’un moteur de recherche permettant au public de prendre connaissance des collections non film conservées par la Cinémathèque française et les institutions partenaires.

> Consulter le catalogue