La Bibliothèque Numérique du Cinéma

La Cinémathèque française possède un fonds d'ouvrages anciens et précieux, jusqu'à présent peu connus du public, et qui permettent de retracer la longue aventure de la préhistoire du cinéma et des techniques photographiques et cinématographiques. Ils sont aujourd'hui disponibles sur ce site, grâce à une campagne de numérisation soutenue par la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture et de la communication.

Les ouvrages les plus anciens proviennent de la « collection Will Day ». Wilfried Ernest Day (1873-1936) était une figure importante de l'industrie cinématographique anglaise. Il fut à la fois marchand de matériel de cinéma, producteur de films, inventeur, historien et grand collectionneur. Sa collection rassemble des ouvrages d'optique, de perspective, de physiologie, de science physique, de photographie, et les livres édités à partir de 1895 traitant des aspects techniques et historiques du septième art, particulièrement en Grande-Bretagne. Parmi les ouvrages les plus précieux et les plus intéressants, on peut citer celui du père Athanase Kircher, Ars magna lucis et umbrae (1646), véritable traité de la projection lumineuse au XVIIe siècle, et le livre-phare de l'optique, de la catoptrique et de la dioptrique à la même époque, Oculus artificialis teledioptricus sive telescopium de Johann Zahn, dans sa seconde édition de 1702. Parmi les livres de la fin du XIXe siècle, figurent des pièces rarissimes, comme la Descriptive Zoopraxography (1893) du célèbre Eadweard Muybridge. La collection Will Day, l'un des joyaux de la Cinémathèque française (elle contient aussi des films, des archives et de nombreux appareils), a été acquise en 1959 grâce au soutien d'André Malraux. Peu de cinémathèques ou de bibliothèques spécialisées peuvent se vanter aujourd'hui de posséder un ensemble aussi complet et cohérent sur l'histoire des débuts du cinéma.

La deuxième collection disponible ici provient également de la Cinémathèque française et a été rassemblée depuis 1936 grâce aux efforts des différents responsables de l'institution, Henri Langlois et Lotte Eisner notamment. Ce sont essentiellement des ouvrages rares sur la technique photographique et cinématographique. Ces documents précieux nous renseignent sur la fabrication et les usages de l'optique, des premiers daguerréotypes, de la prise de vues, de la sensibilisation des émulsions, de la projection. Il y a notamment des ouvrages essentiels pour l'histoire de la pellicule cinématographique. Pour les amateurs de pré-cinéma, signalons le bel album de Paul Eudel, Les ombres chinoises de mon père (1885) ; et pour les chercheurs en histoire de la photographie, la rare Description des Daguerréotypes de l'opticien Charles Chevalier, et les ouvrages érudits de l'Allemand Josef Maria Eder.

La Cinémathèque française compte poursuivre dans le futur sa politique de numérisation et de mise en ligne d'ouvrages et brochures rares sur le cinéma, afin de créer ainsi une véritable bibliothèque numérique dédiée au Septième art, ouverte aux chercheurs, historiens, cinéphiles et curieux.

> Consulter le site

Consulter Ciné-ressources, le catalogue des collections

Ciné-Ressources est constitué d’un moteur de recherche permettant au public de prendre connaissance des collections non film conservées par la Cinémathèque française et les institutions partenaires.

> Consulter le catalogue