En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
The Living Idol

The Living Idol

Albert Lewin
Grande-Bretagne / 1956 / 100 min

Avec Steve Forrest, Liliane Montevecchi, James Robertson Justice.

Un archéologue est persuadé qu'un jaguar en captivité est en réalité un dieu maya. Face à lui, une jeune femme soupçonnée d'être la réincarnation d'une princesse aztèque, sacrifiée jadis pour apaiser ce même dieu.


Restauré en 2K par la chaîne britannique ITV, pour le compte de la Cohen Film Collection, à partir d'un marron 35mm conservé au Royaume-Uni.


The Living Idol est le sixième et dernier film du réalisateur américain Albert Lewin, assisté de René Cardona, figure emblématique de l’âge d’or du cinéma mexicain. Tourné en Eastmancolor et CinemaScope pour la Metro-Goldwin-Mayer dans les studios Churubusco de Mexico, ce film au budget plutôt modeste (360 000 dollars) connaît un succès mitigé et a souvent été considéré comme une œuvre très personnelle quoique mineure de l’auteur de Pandora.
La danseuse française Liliane Montevecchi, que l’on a vue dans Les Contrebandiers de Moonfleet de Fritz Lang, incarne Juanita, une Mexicaine terrorisée par la mémoire ancestrale des meurtres sacrés opérés par ses ancêtres sur des jeunes filles de son âge. James Robertson Justice, lui, utilise sa corpulence et son fort accent écossais pour figurer l’élan faustien de l’archéologue Alfred Stoner, rongé par ses recherches sur le sacrifice humain. Le physique solaire et photogénique de Steve Forrest, à la fois narrateur et héros positif, propose un équilibre entre les deux visions magiques du monde dans lesquelles se débattent, comme souvent chez Lewin, les personnages. Le travail du chef opérateur Jack Hildyard, qui gagnera la même année un Oscar pour Le Pont de la rivière Kwaï de David Lean, magnifie l’ambition chromatique essentielle à l’œuvre d’Albert Lewin.
Les couleurs éclatantes des costumes, des décors d’Edward Fitzgerald et les peintures de Carlos Medina permettent de suggérer le jeu entre la beauté et la cruauté, la tension entre science et superstition et, de fait, la dialectique sous-jacente entre progrès et barbarie.

Gabriela Trujillo

Séances

Séances passées

Samedi 10 mars 2018, 15h45 - La Filmothèque du Quartier latin Hors les murs → 17h25 (100 min)
Séance présentée par Tim Lanza