En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Mon amie et moi

Mon amie et moi
Me And My Gal

Raoul Walsh
Etats-Unis / 1932 / 79 min

Avec Spencer Tracy, Joan Bennett, George Chandler.

Dan, un jeune policier new-yorkais, est amoureux d'une serveuse, mais la soeur de cette dernière est la maitresse d'un gangster.


Conservé par le MoMA, la restauration numérique a été financée par 20th Century-Fox.


Bien que le ton ne ressemble pas à celui du subversif Scarface qui sort la même année, le film met en scène Danny (Spencer Tracy), un policier désinvolte au grand cœur, fabriquant sa propre loi : petits délits communautaires qu’il étouffe, attaque d’une banque dont il camoufle en partie les faits. Ce simple parti pris inscrit Mon amie et moi dans l’âge du pre-Code Hays en adoptant les attributs d’une satire sociale. Dès l’ouverture apparaît une Amérique en crise économique et identitaire incarnée par le hobo [clochard] du port lisant un extrait de journal à Danny : selon un politicien, « la crise capitaliste qui sévit n’est qu’un simple petit refroidissement ». Une dualité narrative qui se développe comme deux courants opposés à travers, notamment, le comportement amoureux des deux sœurs : Helen d’un côté (Joan Bennett), la blonde indépendante à la forte répartie qui repousse sans cesse les avances de Danny ; de l’autre, Kate (Marion Burns), brune influençable qui se laisse entraîner par son gangster de pacotille malgré son récent mariage de raison.

En ce début de cinéma parlant, Walsh, dont la carrière est déjà longue en 1932, met en scène de très belles idées sonores, et ce, dans un univers référentiel tissé autour de Broadway et du cinéma muet. Notamment ce moment hilarant lorsque Helen et Danny s’embrassent pour la première fois sur un canapé étroit (scène très pre-Code), et où Walsh détourne le principe de la pièce d’Eugene O’Neill, Strange Interlude, en laissant entendre les sarcasmes intérieurs des personnages et leurs faux semblants romantiques. Le beau-père de Kate incarné par la star du muet Henry B. Walthall joue précisément un homme muet paralysé, qui ne communique qu’avec les yeux. Quant aux scènes épistolaires qui rythment le film, celles du pêcheur ivrogne, être perturbateur et destructeur, elles héritent du burlesque muet ou du vaudeville américain. Les dialogues coups de poing, ainsi que la résolution amorale du film où Kate n’est punie ni socialement ni moralement, inscrivent le film dans une douce anarchie, versant positif de Scarface.

Céline Ruivo

Séances

Séances à venir

Ajouter 2019-03-17 13:45:00 2019-03-17 15:04:00 Europe/Paris Mon amie et moi Mon amie et moi Salle Salle Jean Epstein - La cinémathèque française - 51 Rue de Bercy, 75012 Paris La cinémathèque française contact@cinematheque.fr