En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Gare centrale, Le Moineau, L’Émigré, Le Destin, né à Alexandrie, Youssef Chahine a signé une œuvre généreuse, courageuse, combative, inventive, sans cesse inspirée par sa vie de cinéaste et de citoyen, nourrie du souvenir des films hollywoodiens de son enfance, en particulier les comédies musicales, ne reculant ni devant une reconstitution historique (Saladin, Adieu Bonaparte) ni devant l’évocation autobiographique (Alexandrie pourquoi ?, La Mémoire, Alexandrie encore et toujours).

Chahine dans tous ses états

Pour tous les amoureux de cinéma, égyptien en particulier, Youssef Chahine est une figure incontournable, un nom indélébile, une voix qui s’élève et qu’on associe presque inconsciemment à l’Orient, au monde arabe, au Tiers-monde. Il incarne un cinéma engagé, qui mêle divertissement et combat et qui porte les nuances d’un caractère complexe, souvent mal compris, parfois mal-aimé. Chahine dénonce l’impérialisme tout en aimant l’Occident, s’attaque à l’islamisme tout en défendant le monde musulman, s’oppose aux nationalisations de Nasser tout en tirant à boulet rouge sur l’Égypte oligarchique de Moubarak. Chahine est tout cela à la fois car il est, avant tout autre chose, un esprit libre.

Les débuts : ferveur et désillusion

Bercé par l’âge d’or du musical américain, puis égyptien, des années 1930-1940, Youssef Chahine commence naturellement par là sa carrière : la comédie musicale. C’est alors une industrie en plein essor avec ses illustres danseuses-chanteuses qu’on met à l’affiche. Il réalise Papa Amine (1950) avec Faten Hamama, La Dame du train (1953) avec Laïla Mourad, Femmes sans hommes (1953) avec Hoda Soltane, Adieu mon amour (1957) et C’est toi mon amour (1957) avec le fameux duo Farîd el-Atrache et Chadia. Au même moment, il s’essaie au mélodrame et réalise Le fils du Nil (1951) ainsi que trois autres films avec un jeune homme nommé Omar Sharif qu’il découvre et propulse dans Ciel d’enfer (1954), Le Démon du désert (1954) et Les Eaux noires (1956).
En quête de sens, Chahine se tourne ensuite vers le néoréalisme et signe son premier film d’auteur : Gare centrale (1958). Ce long métrage marque un véritable tournant dans l’esthétique du cinéaste qui veut délibérément rompre avec une certaine superficialité du cinéma de divertissement des années 1950. Puis, il découvre l’engagement, d’abord dans le nassérisme qui a le vent en poupe en pleine décolonisation du « Tiers-monde ». Il réalise Saladin (1963) sur commande de l’État égyptien, qui connaît un succès fulgurant. C’est alors qu’il est sollicité par l’Union soviétique, en pleine guerre froide, pour Un Jour le Nil (1968) : un film exaltant la coopération entre les deux pays socialistes qui aboutit à l’édification du barrage d’Assouan. Mais Moscou, relayé par Le Caire, fait interdire le film qui ne répondrait pas aux directives du Politburo. À son grand regret, Chahine est contraint de modifier son montage. Très vite, le cinéaste étouffe dans la pensée unique ; il s’exile au Liban où il tourne l’opérette Le Vendeur des bagues (1965), une bouffée d’air avec la diva Fayrouz sur une musique sublime des frères Rahabani. Mais son pays lui manque, d’autant plus que la débâcle de la guerre des Six Jours le met face à ses responsabilités d’artiste engagé dans une Égypte qui doute.
Après 1967, le cinéma chahinien apparaît sous un nouveau jour, celui de la critique politique ouverte. Le metteur en scène veut guérir en profondeur les maux de sa société, loin des flatteries lyriques d’un patriotisme vide. Il réalise alors son « quatuor de la défaite » : La Terre (1969), Le Choix (1970), Le Moineau (1974), puis Le Retour de l’enfant prodigue (1976) avec lequel il inaugure un genre cinématographique nouveau, « la tragédie musicale ». Les moments musicaux lénifiants n’ont plus lieu d’être ; ils sont remplacés par une musique engagée, porteuse de messages de réforme, de révolte et de liberté.

Le retour aux sources

Avec Alexandrie Pourquoi ? (1979), Chahine signe un film autobiographique qui célèbre le souvenir d’une jeunesse insouciante loin des marasmes auxquels le présent la confronte. Une nouvelle fois, il réinvente son style qui jongle désormais librement avec les genres ; il crée selon Yousry Nasrallah « quelque chose de plus libre, qui suit ses propres harmoniques ». Suivra un deuxième film autobiographique, La Mémoire (1982), où il met en scène Oum Kalsoum en concert, en couleurs, sept ans après sa mort !
Deux ans plus tard, Adieu Bonaparte (1985) ouvre la voie à une tradition de coproductions franco-égyptiennes qui va durer jusqu’à la disparition du cinéaste en 2008. Puis, vient Le Sixième Jour (1986), un drame avec Dalida à l’affiche, et un autre film autobiographique, Alexandrie encore et toujours (1990).

Le divertissement de combat

L’engagement, le péplum pharaonique et les arts de spectacle (chant et danse) seront réunis dans L’Émigré (1994), film inspiré du récit biblique de Joseph et ses frères. Accusé de profanation de figures sacrées, Chahine connaît la foudre des fondamentalistes musulmans et chrétiens, qu’il arrive ironiquement à réunir contre lui. Face à cet intégrisme religieux rampant des années 1990, Chahine se réfugie auprès de la figure d’Averroès, dans Le Destin (1997), qui rencontre un très bon accueil de la critique lui valant le prix du 50ème anniversaire du Festival de Cannes. Dans L’Autre (1999), le cinéaste met à l’honneur l’intellectuel de renom Édouard Saïd pour pointer du doigt les conséquences d’une mondialisation sauvage. Il revient à un registre plus léger de « pure » comédie musicale avec Silence… on tourne (2001) et Alexandrie… New York (2004) à contenu autobiographique. Il finit sa carrière avec un drame, Le Chaos (2007), où il met en scène la révolte du peuple contre le pouvoir ; film que certains en Égypte qualifieront de prophétique. Chahine l’humaniste s’éteint le 27 juillet 2008 au Caire, au terme d’une carrière de plus d’un demi-siècle. Tout au long de sa vie, contre vents et marées, l’homme s’est voulu le porte-voix de l’amour, de la tolérance et de la défense des plus faibles.

Amal Guermazi

Exposition Infos pratiques

Horaires

  • Lundi 12h00 - 19h00
  • Mardi Fermé
  • Mercredi à dimanche 12h00 - 19h00
  • 25 décembre 2018 Fermé
  • 1 janvier 2019 Fermé

Entrée libre les 1er dimanches du mois

Tarifs

  • Plein tarif 5 €
  • Tarif réduit 4 €
  • Moins de 18 ans 2,50 €
  • Carte Famille Gratuit
  • Libre Pass Gratuit
  • Musée + film 8 €

Dans les salles

Films, rencontres, conférences, spectacles

Du 14 novembre 2018 au 28 juillet 2019

Les films

Rencontres et conférences

Autour de l'événement

actualité

Éditions

DVD / Blu-ray de la version restaurée d'Adieu Bonaparte (TF1 Studio, Collection Héritage)

L'immense fresque de Youssef Chahine entre dans la Collection Héritage. Pour cette œuvre grandiose, éditée en DVD et Blu-ray dans sa version restaurée en 4 K, l'édition propose de nombreux bonus précieux parmi lesquels des photos et documents rares, ainsi qu'un document audiovisuel autour du film. Sortie le 28 août 2018.

Coffret DVD Youssef Chahine en 10 films restaurés avec de nombreux bonus (Tamasa Distribution).

Sortie à l'automne 2018.

actualité

Ressorties salles

Rétrospective en salles de 12 films de Youssef Chahine en version restaurée par Tamasa Distribution, avec le concours de l'Agence pour le Développement Régional du Cinéma (ADRC).

À partir du 14 novembre.

Partenaires et remerciements

MISR International Films, Tamasa Distribution, Pyramide Distribution.

Ministère de la Culture CNC

Grands mécènes de la Cinémathèque française

Neuflize OBC Fondation GAN pour le cinéma Vivendi Pathé

Ami de la Cinémathèque française

BETC

En partenariat avec

MISR International Films Association Youssef Chahine Archives audiovisuelles de Monaco ADRC Kodak

En partenariat média avec

Télérama Courrier International Ouï FM