En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

La Cinémathèque française présente un concentré de cinéma colombien à travers 17 séances de courts et long métrages dans le cadre de l'Année France-Colombie 2017.

La rétrospective présente des films de sept jeunes cinéastes colombiens contemporains, qui par ailleurs choisissent chacun un film de l'histoire du cinéma de leur pays.

Le cinéma colombien hier, aujourd'hui, demain

Pendant très longtemps, pour beaucoup, le cinéma colombien se résumait au regard triste de l'adolescente Monica, la petite marchande de roses du film homonyme de Victor Gaviria en compétition en 1998 au Festival de Cannes. Le cinéma colombien, né pourtant dans les années 1920, s'offrait alors enfin une véritable renommée internationale.

Mais depuis 2003, une volonté politique spectaculaire aboutit en Colombie à une loi du cinéma qui favorise depuis la production de nombreux courts et longs métrages irriguant les festivals du monde entier, et révélant plusieurs réalisateurs talentueux.

À l'occasion de l'Année France-Colombie, la Cinémathèque française invite sept de ces cinéastes contemporains à montrer un de leurs films récents, et à en choisir un autre parmi ceux qui les ont marqués dans l'histoire du cinéma colombien. Une façon pour cette nouvelle génération née dans les années 1980 de transmettre un morceau de l'histoire du cinéma de leur pays et de faire dialoguer des films d'époques différentes. Histoire d'illustrer ce lien si nécessaire entre le cinéma d'aujourd'hui et le cinéma du passé.

Cette programmation donnera bien sûr à voir comment la question politique a imprégné le cinéma colombien depuis très longtemps, qu'il s'agisse de Les Condors ne meurent pas tous les jours de Francesco Norden (présenté à Un certain regard, à Cannes, en 1984), traitant sur le mode d'un film noir tendance Francesco Rosi d'une période extrêmement sombre de la Colombie (la « violencia », guerre civile qui dura de 1948 à 1960), ou encore de films plus récents comme Oscuro animal de Felipe Guerrero, qui travaille formellement la question des conséquences de la guerre, ou Los Abrazos del río de Nicolás Rincón Gille, évoquant les liens entre deux formes de violence, l'une symbolique, mythologique, l'autre beaucoup plus réelle (les crimes impunis des paramilitaires).

Au centre des films aussi, la question du territoire est primordiale, qu'il s'agisse du fleuve (dans le film de Rincón Gille), de la forêt (l'incroyable Étreinte du serpent de Ciro Guerra, film d'aventures sensoriel et halluciné) ou qu'il s'agisse à travers lui de raconter le peuple de la campagne colombienne, les liens entre passé et présent, à l'instar du sublime La Terre et l'ombre de César Acevedo, Caméra d'or 2015 au Festival de Cannes ou du beau Tierra en la lengua de Rubén Mendoza (où deux jeunes gens venus de la ville découvrent le passé de leur grand-père). Mais l'une des questions qui animent le cinéma colombien, passé comme présent, ce sont les rêves et les aspirations de jeunes gens souvent sans espoir et sans argent. De Rodrigo D. No Futuro, le film mythique de Víctor Gaviria au dynamisant Los Nadie de Juan Sebastián Mesa, en passant par Gente de bien de Franco Lolli, conte moral narrant aussi avec finesse les distinctions sociales d'aujourd'hui, et Los Hongos d'Oscar Ruiz Navia, dans lequel le lien entre rêve et réalité se traduit par une forme de récit somnambulique. L'attachement aux personnages, à des acteurs parfois non professionnels, est l'une des récurrences du jeune cinéma colombien qu'on observe aussi à travers les multiples courts métrages découverts chaque année dans les festivals internationaux, preuve ultime d'une cinématographie dynamique dont cette rétrospective se veut l'écho.

Bernard Payen

Infos pratiques

Tarifs

  • Plein tarif 6,50 €
  • Tarif réduit 5,50 €
  • Moins de 18 ans 4 €
  • Carte Ciné Famille Adultes 5 €
  • Carte Ciné Famille Enfants 3 €
  • Libre Pass Gratuit

Ouverture des ventes en ligne le 23/08 à 12h

Formules d'abonnement

La Cinémathèque en illimité !
Carte amortie à partir de deux séances par mois.

Invitations et réductions pour toute la famille durant toute une année

La Cinémathèque en illimité, à deux !
Nouveau 

6 places de cinéma à utiliser en toute liberté, seul ou accompagné.

Dans les salles

Films, rencontres, conférences, spectacles

Du 30 novembre au 10 décembre 2017

Ouverture de la rétrospective

César Acevedo

Ciro Guerra

Felipe Guerrero

Franco Lolli

Rubén Mendoza

Nicolás Rincón Gille

Oscar Ruiz Navia

Carte blanche aux 7 réalisateurs

Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche

Partenaires et remerciements

Lina Sanchez, Pablo Arturo Ossa Morales, Céline Chesnais, L'Institut Français, Proimagènes, Ad Vitam, Agence du Court Métrage, Alpha Violet, Arizona Distribution, Ciné-Sud, Cinémathèque de Toulouse, Diaphana Distribution, Christine Massé-Jamain, Franck Lubet, Jorge Forero, Nadia solano, Hector Ulloque, L'Association Le Chien qui Aboie, Francisco Norden, Thierry Lenouvel.

Programmation établie en collaboration avec

La Cinémathèque de Toulouse

Manifestation organisée dans le cadre de l'année France-Colombie 2017

France-Colombie 2017 Ministère des affaires étrangères / Culture Gobierno de Colombia Institut Français Co Colombia

Avec le soutien de

Le Chien Qui Aboie Ibis Styles Sanofi