En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Cinéma d'avant-garde

Les séances d'avant-garde de la Cinémathèque française ont pour vocation de montrer aux cinéphiles les classiques reconnus ou méconnus de l'histoire des avant-gardes cinématographiques, en provenance de toutes époques, tous territoires, tous champs formels.

Un vendredi par mois, la programmation permet ainsi de repenser les corpus et le patrimoine filmiques grâce à l'exploration des territoires encore négligés du cinéma expérimental, du cinéma engagé ou du cinéma scientifique, afin d'en améliorer la connaissance, la fortune critique et la sauvegarde.

Ce rendez-vous mensuel est enfin l'occasion de déceler parmi les initiatives filmiques celles qui témoignent d'une force de proposition expérimentale. Quelles formes d'organisation pratiques et formelles, quelles entreprises authentiquement critiques témoignent d'une réflexion libre, irréductible, non déterminée, que ce soit par l'appareil industriel, les consignes technologiques ou les commandes sociales ?

Infos pratiques

Tarifs

  • Plein tarif 6,50 €
  • Tarif réduit 5,50 €
  • Moins de 18 ans 4 €
  • Carte Ciné Famille Adultes 5 €
  • Carte Ciné Famille Enfants 3 €
  • Libre Pass Gratuit

Formules d'abonnement

La Cinémathèque sans compter !
Carte amortie à partir de deux séances par mois.

Invitations et réductions pour toute la famille durant toute une année

6 places de cinéma à utiliser en toute liberté, seul ou accompagné.

Durant un an, accès à un ensemble unique de documents et archives sur le cinéma mondial

Dans les salles

Films, rencontres, conférences, spectacles

Jean-Jacques Lebel

Un programme conçu par Nicole Brenez et Dominique Païni.

« Je ne vois pas de différence de nature entre le cinéma, la peinture et le happening. Je ne dirais pas « qu'on s'est servi du cinéma » dans le happening. Projeter des films sur la peau nue des participants et des participantes – chose qui est maintenant d'une banalité effrayante, mais ce n'était pas le cas en 1962 –, c'était peindre sur des corps en mouvement, à ceci près qu'au lieu de peindre avec des pinceaux et des couleurs, on peignait avec des films. J'ai beaucoup de mal, encore aujourd'hui, et sans aucune coquetterie, à décider : ça c'est du cinéma, ça c'est de la peinture, ça c'est de la poésie, ça c'est du théâtre, ça c'est du happening.

Dans ces années-là, beaucoup de monde faisait des films. On utilisait des petites caméras portables – avec de petites bobines de deux minutes – et de petits projecteurs 8 ou 16mm, achetés au Marché aux Puces. Nous utilisions cela comme un crayon et du papier. On ne prétendait pas faire œuvre de cinéaste, jamais on n'aurait osé prétendre une chose pareille, ça ne nous venait même pas à l'idée. On explorait le cinéma comme l'un des nombreux langages hypnotiques dont nous disposions, l'un des plus intenses et des plus indispensables à notre vie.

Je passais mon temps à la Cinémathèque et je fréquentais Langlois ainsi que des cinéastes comme Shirley Clarke, Jean Eustache, Jacques Rivette, Barbet Schrœder, Marcel Hanoun, Godard, Kubelka, Taylor Mead et, surtout, Jonas Mekas. À l'époque, je vivais avec Denise de Casabianca qui montait des films, entre autres, de Jacques Rivette. On se connaissait tous. Eux venaient à mes happenings et nous, nous allions voir leurs films. On allait même aux projections de travail. L'influence circulait dans les deux sens : par exemple, le fameux plan du film de Godard Pierrot le Fou où Belmondo a le visage peint en bleu provient directement des happenings, c'est une citation. Nous, nous faisions des citations de leurs films : donc rhizome dans tous les sens. [...]
Le cinéma c'était tous les jours, tout le temps, comme la poésie, comme la peinture. On n'avait pas à passer de l'un à l'autre, ça participait des mêmes fonctionnements rhizomatiques, des mêmes expériences existentielles. »

Jean-Jacques Lebel
Le laboratoire vivant. Happening et cinéma, 2001.

Partenaires et remerciements

Pierre-Edouard Dumora, Filmmakers' Cooperative, Alain Garcia, Yann Gonzalez, Image Forum, Richard Kern, Light Cone (Baptiste Degas), Gaël Lépingle, Massacre Video, Suzan Pitt, Swiss Films, Molly Rose Steed, The University of Utah, Phil Wolstenholme