En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Cinéma d'avant-garde

Les séances d'avant-garde de la Cinémathèque française ont pour vocation de montrer aux cinéphiles les classiques reconnus ou méconnus de l'histoire des avant-gardes cinématographiques, en provenance de toutes époques, tous territoires, tous champs formels.

Un vendredi par mois, la programmation permet ainsi de repenser les corpus et le patrimoine filmiques grâce à l'exploration des territoires encore négligés du cinéma expérimental, du cinéma engagé ou du cinéma scientifique, afin d'en améliorer la connaissance, la fortune critique et la sauvegarde.

Ce rendez-vous mensuel est enfin l'occasion de déceler parmi les initiatives filmiques celles qui témoignent d'une force de proposition expérimentale. Quelles formes d'organisation pratiques et formelles, quelles entreprises authentiquement critiques témoignent d'une réflexion libre, irréductible, non déterminée, que ce soit par l'appareil industriel, les consignes technologiques ou les commandes sociales ?

Infos pratiques

Tarifs

  • Plein tarif 6,50 €
  • Tarif réduit 5,50 €
  • Moins de 18 ans 4 €
  • Carte Ciné Famille Adultes 5 €
  • Carte Ciné Famille Enfants 3 €
  • Libre Pass Gratuit

Formules d'abonnement

La Cinémathèque en illimité !
Carte amortie à partir de deux séances par mois.

Invitations et réductions pour toute la famille durant toute une année.

La Cinémathèque en illimité, à deux !
Nouveau 

6 places de cinéma à utiliser en toute liberté, seul ou accompagné.

Dans les salles

Films, rencontres, conférences, spectacles

Iskra

Dans le cadre du 50e anniversaire de Mai 68
www.soixantehuit.fr

L'Anveau et le Noucien, Spassiba Iskra

Iskra : nom commun russe qui signifie Étincelle.
Iskra : acronyme français pour Image Son Kinescope Réalisation Audiovisuelle.
Iskra : regroupement de quelques personnes concrètes plongées dans des conditions de production concrètes que leur conviction, leur intégrité et leur savoir-faire métamorphosent en arme de combat.
Iskra : carrefour où se produisit une jonction historique entre ouvriers et cinéastes et ainsi l'émergence d'un cinéma réalisé par, pour, et selon les exploités en lutte contre tout ce qui les mutile.
Iskra : outil grâce auquel ceux qui produisent des films en contexte hostile convertissent une injustice en films qui, au quotidien, donnent du courage à ceux qui les voient.
Dans un monde où règnent des inégalités révoltantes, dans un temps où un tiers de l'humanité vit sous le seuil de pauvreté, être un cinéaste engagé semble la moindre des choses : il suffit d'avoir un cerveau, un cœur et le raccord entre les deux. Mais produire des films engagés ? Se trouver à l'interface entre le monde économique dit libéral et ceux qui en contestent le fonctionnement capitaliste ? Comment rendre possibles des films impossibles ? Et comment inscrire un projet révolutionnaire dans la durée ? Voilà l'exploit quotidien accompli depuis 50 ans par Slon, créé en 1967 à l'initiative de Chris Marker pour produire Loin du Vietnam, et porté depuis à bout de bras par Inger Servolin (voir à ce sujet l'indispensable documentaire de Maria Lucia Castrillon, Lettre à Inger, 2017), rejointe tour à tour par Viviane Aquilli, Matthieu de Laborde et Lena Fraenkel (sous le nom d'Iskra depuis 1974). Des rebelles calmes, impavides, généreux et dotés d'un solide esprit pratique : ce sont nos héros préférés. Comment font-ils ? À quel prix s'est constitué ce catalogue magnifique, qui résume une bonne part de l'histoire politique et esthétique du cinéma militant ? Après nos programmes et hommages de 1999 (« On a toujours raison de se révolter, le pamphlet politique »), 2000, 2001 (« Carte rouge à Iskra »), 2006 (« Les Groupes Medvedkine ou les révolutionnaires d'hier sont nos classiques d'aujourd'hui »), 2007 (« Bruno Muel ou l'humanisme critique »), 2013 (« Cinéma prolétarien au CCPPO »), cette nouvelle programmation nous offre un autoportrait d'Iskra par elle-même. Il s'y atteste une admirable fidélité à ses idéaux, alliant films anciens toujours aussi nouveaux et films nouveaux toujours en action sur les fronts traditionnels (conditions ouvrière, paysanne, féminine, immigrée, étudiante, famille, industrie nucléaire, justice, prison...) comme sur les fronts plus récents (banlieues). Iskra : modèle de longévité, d'efficacité et d'endurance au combat.

Nicole Brenez

Sauf mention contraire, tous les films sont produits par Slon/Iskra.

Inédits de Mai 68, Grazie all'AAMOD
(Archive Audiovisuelle du Mouvement Ouvrier et Démocratique)

En mai et juin 1968, des images des événements furent filmées en France par les collectifs États Généraux du cinéma français, ARC et SLON. Les pellicules, envoyées en Italie pour échapper au contrôle policier et à cause de la grève des laboratoires, furent prises en charge par Unitelefilm, société proche du Parti Communiste Italien. Ces matériaux inédits (plus de douze heures de rushes 16 mm) ne furent jamais renvoyés en France. En 2017, l'Archivio Audiovisivo del Movimento Operaio e Democratico (Archive Audiovisuelle du Mouvement Ouvrier et Démocratique) les dépose à La Cinémathèque française. Ils ont été numérisés en 2K par le laboratoire Hiventy, étalonnés par l'École nationale supérieure Louis-Lumière et sont présentés ici pour la première fois, commentés par leurs auteurs. Ce programme prolonge la journée d'études « 32 mai 68. Ce que les États Généraux du Cinéma ont changé à son enseignement », organisée par l'ENS Louis-Lumière.
Federico Lancialonga

Anthony Stern a tout compris

Parmi les principaux protagonistes et témoins des explosions sociales et artistiques qui ont caractérisé les années 1960 et 1970, Peter Whitehead et Anthony Stern se distinguent évidemment par la qualité expérimentale de leurs œuvres mais aussi par la dynamique de leurs échanges : trajets communs, tressés, enlacés, détachés puis croisés à nouveau. À l'échelle de deux vies, une exceptionnelle expérience d'amitié et de fidélité créative. Anthony Stern offre à la Cinémathèque la primeur de son nouveau film, récapitulation visuelle et sonore magistrale des années 60 au Royaume-Uni, et présente Daddy, le mythique pamphlet antipatriarcal et onirique coréalisé par Peter Whitehead et Niki de Saint Phalle.
Nicole Brenez

Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche
30 avril 2018
1 mai 2018
2 mai 2018
3 mai 2018
4 mai 2018
5 mai 2018
6 mai 2018
7 mai 2018
8 mai 2018
9 mai 2018
10 mai 2018
11 mai 2018
12 mai 2018
13 mai 2018
21 mai 2018
22 mai 2018
23 mai 2018
24 mai 2018
25 mai 2018
26 mai 2018
27 mai 2018
4 juin 2018
5 juin 2018
6 juin 2018
7 juin 2018
8 juin 2018
9 juin 2018
10 juin 2018
11 juin 2018
12 juin 2018
13 juin 2018
14 juin 2018
15 juin 2018
16 juin 2018
17 juin 2018

Partenaires et remerciements

Inger Servolin, Viviane Aquilli, Lena Fraenkel, Matthieu de Laborde, ISKRA, tous les auteurs, participants, ayants-droit et distributeurs, Joël Daire, Hervé Pichard, Didier Sandre et l'ENS Louis-Lumière.