Présentation des enjeux

Alain Bergala est critique, cinéaste, enseignant à la Femis. Il éclaire, extraits à l'appui, les choix qui s'imposent aux cinéastes concernant le traitement de la couleur dans les films : totale maîtrise des comédies musicales tournées en studios, choix de décors naturels dans lesquels objets et costumes des personnages font office d'agents coloristes, irruption de séquences monochromes ou bi-chromes, réel« repeint » avec des couleurs choisies... Ces choix s'opèrent de manière dynamique à l'échelle d'une séquence ou sur toute la durée du film et concernent aussi bien les costumes, les décors et les saisons que la lumière.

Documents pédagogiques à télécharger: bibliographie, analyse de film, corpus de films

Une question / une séquence

Alain Bergala analyse une séquence du film Van Gogh de Maurice Pialat, la scène de la guinguette, à l'issue de laquelle Van Gogh tente de se noyer. Considéré souvent comme un cinéaste naturaliste, Pialat agit en peintre pointilliste : choisissant une palette générale terne (décors, costumes etc), pour mieux faire apparaître la couleur, progressivement et par taches. Utilisant des éléments de brouillage qui viennent troubler l'organisation des couleurs (lumière du soleil qui perce à travers les branchages, poussière), il révèle ce qu'il nous est difficile de percevoir au quotidien : en soi, la couleur n'existe pas, mais dépend de la lumière qui l'éclaire.

Extraits de films

Fonction narrative

Au cinéma, la couleur permet de raconter, de distinguer et caractériser les personnages, un univers, une saison, de désigner ou d’attirer l’attention sur un indice ou un détail important de l’intrigue.

Fonction émotionnelle

Le choix et l’agencement dynamique des couleurs dans une séquence ou tout au long du film créent un climat psychologique particulier, agissant sur l’émotion du spectateur, lui faisant parfois partager celle des personnages.

Fonction esthétique

Le travail de la couleur dans les films

La couleur au cinéma n’existe pas en soi : si elle dépend de l’histoire des techniques, elle relève aussi de choix forts faits par les cinéastes, de leur degré d’intervention: choix de procédés, choix de lumière et de matière, tournage en décors naturels ou en studio.

éclairer la figure/ le décor