En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

3 raisons pour lesquelles Jim Jarmusch a dédié son film « Broken Flowers » à Jean Eustache

17 mai 2017

1. « La Maman et la putain est un des plus beaux films sur l'incompréhension entre les hommes et les femmes, et il est question de cela dans notre film. »

Broken Flowers (Jim Jarmusch)

2. Au-dessus de la table de travail de Jarmusch, une photo encadrée de Jean Eustache sur le tournage de La Maman et la putain, découpée dans l'article nécrologique du New York Times paru à l'automne 1981. « Cette photo jaunie est la raison immédiate qui m'a fait dédier mon film à Jean Eustache. J'ai écrit le script très rapidement et Eustache semblait, alors plus que jamais, être présent, veillant sur moi pendant que je griffonnais tout au long des nuits. J'écris à la main dans des carnets à dessins ­et, cette fois, la première chose que j'ai écrite a été : "Pour Jean Eustache". Il était toujours là quand j'étais bloqué ou que je perdais courage. »

Jean Eustache

 

3. « L'esprit dans lequel il faisait des films était absolument sincère et honnête vis-à-vis de sa conception du cinéma. Il y a quelque chose chez lui que j'aimerais garder : faire un film comme on l'a choisi, en accord avec soi-même, sans se préoccuper du marché ou des attentes de qui que ce soit, dans la volonté toute simple d'exprimer quelque chose avec ses moyens propres. C'est très important pour moi. La Maman et la putain est un grand film français. Je me suis d'abord dit, bon, c'est peut-être prétentieux de lui dédier mon film... Mais si trois jeunes spectateurs quelque part au Japon, ou en Hongrie, ou dans le Kansas, n'importe où, voyaient le film sans jamais avoir entendu parler de Jean Eustache et que cela pouvait leur faire connaître son œuvre, alors je me dirais, ok, ça valait le coup. Ça me suffirait pour me rendre heureux. »